•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La stratégie maritime est en danger », affirme Chantier Davie

Le chantier maritime Davie de Lévis en hiver

Le chantier maritime Davie de Lévis

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Tremblay

Charles D'Amboise

Chantier maritime Davie accuse Ottawa de continuer de gaspiller l'argent des contribuables canadiens en confiant à Lockheed Martin le contrat de conception des nouveaux navires de la Marine royale canadienne.

La filière canadienne du géant américain de l'armement aura pour mission de dessiner les 15 nouveaux navires qui remplaceront les 12 frégates actuelles. Ce contrat se chiffre à quelque 60 milliards de dollars.

La construction de ces 15 navires de guerre constitue l'un des plus importants contrats militaires qu'a accordés le gouvernement canadien.

Le vice-président aux affaires publiques de Davie, Frédérik Boisvert, dénonce des dépassements de coûts de 30 milliards de dollars dans ce contrat. « La stratégie maritime est en danger », affirme-t-il.

Selon M. Boisvert, le gouvernement fédéral aurait de bonnes raisons de faire appel aux travailleurs du chantier de Lévis en sous-traitance pour éviter les dépassements de coûts.

Frédérik Boisvert en entrevue à Radio-Canada sur le site du chantier maritime Davie, à Lévis.

Frédérik Boisvert, porte-parole du chantier Davie

Photo : Radio-Canada

« On s’est toujours mis de l’avant comme sous-contractants. On serait plus qu’heureux de se joindre à l’effort de production d’Irving, parce que franchement, en ce moment, ils en arrachent », soutient M. Boisvert.

Ils ne sont pas capables de livrer des navires. C’est un peu dramatique.

Frédérik Boisvert, vice-président aux affaires publiques de Davie

Le chantier naval Davie, qui est le plus grand au Canada, aurait tout l’espace nécessaire pour construire ces nouvelles frégates, ajoute M. Boisvert.

Au cours des trois dernières années, le nombre de travailleurs au chantier naval de Lévis est passé de 1200 à un peu plus de 200 seulement.

Lors des derniers mois, la direction et le syndicat du chantier ont réclamé de nouveaux contrats au gouvernement fédéral. Justin Trudeau a toutefois refusé de prendre des engagements en ce sens.

Québec

Économie