•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christian Ricard, élève conseiller : fier de défendre les droits des élèves

Une jeune homme devant une clôture et des arbres près d'un cours d'eau.

Christian Ricard est élève conseiller à Timmins.

Photo : Christian Ricard

Miguel Lachance

Christian Ricard est passionné de politique et de droit, ce qui l'a mené à devenir élève conseiller au Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières.

Ce texte fait partie d’une série de portraits d’élèves conseillers francophones du Nord de l’Ontario. Ces élèves conseillers côtoient les conseillers scolaires et participent aux rencontres au sein des conseils scolaires.

Christian représente l’École secondaire catholique Thériault de Timmins. Il raconte qu’il est très motivé de travailler avec le conseil scolaire pour défendre les droits des élèves et améliorer la qualité de l’éducation.

Comme plusieurs autres élèves conseilllers, Christian a commencé à s’impliquer dans la vie étudiante dès son arrivée au secondaire. Il est membre du parlement des élèves depuis sa 9e année, et c’est là qu'est né son goût pour les questions d'éducation et d'intérêt public.

On voit comment la vraie vie fonctionne, que des fois ça peut être injuste, mais il y a aussi du bon qui en ressort.

Christian Ricard

Très intéressé par la politique, il souhaite devenir avocat. Il croit que d’être élève conseiller est une bonne façon de prendre de l’expérience pour sa future carrière.

Je n’ai pas vraiment pensé à ce que je pourrais en retirer au moment de me présenter, mais c’est vraiment une expérience unique, affirme Christian.

Ce titre-là, on peut toujours en être fier. On voit la réalité de l’éducation et le fonctionnement du gouvernement.

Christian Ricard

Ça prend beaucoup de mon temps, avoue Christian, mais il ajoute qu’il est bien soutenu par son collègue Justin Francoeur, élève conseiller à Kapuskasing.

Christian explique qu’il voyage souvent pour assister à des congrès : C’est optionnel, mais on le suggère fortement.

L'importance de la langue

Originaire de Kapuskasing, Christian raconte ne pas être trop affecté par la différence entre cette ville et Timmins en ce qui concerne la proportion de francophones.

Quand je vais à Kapuskasing, c’est plus plaisant, car il y a plus de services en français, ils sont plus abondants. La langue n’est pas autant utilisée à Timmins, mais ce n’est pas trop un problème.

Christian Ricard

Je suis un fier francophone, j’aime beaucoup afficher ma francophonie, affirme Christian. M’impliquer dans la francophonie c’est toujours quelque chose qui m’a intéressé.

Une des activités les plus marquantes auquel il a participé est la simulation du règlement 17 : On fait semblant de ne plus pouvoir parler en français [dans l’école] et on invite les policiers à se joindre à nous et à faire le tour des classes.

Photo d'époque dans laquelle des élèves manifestent.

Des élèves manifestent contre le Règlement 17 à Ottawa

Photo : Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF)

C’est un choc pour certains élèves qui ne savent pas ce qui se passe, relate Christian. C’est important de s’en souvenir.

Au-delà de l’école

Après le secondaire, Christian souhaite aller à l’Université d’Ottawa, pour étudier en français et suivre les traces de sa mère. Il compte y étudier le droit international, notamment pour avoir l’occasion de voyager partout dans le monde.

La musique occupe aussi une importante place dans sa vie. Il est professeur de guitare chez Ray Perrier musique et fait partie d’un groupe de musique à son école.

Il a d’ailleurs participé au festival Quand ça nous chante qui rassemble des élèves d’un peu partout dans la province.

Nord de l'Ontario

Engagement communautaire