•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tuteurs de la TELUQ sont en grève illimitée

Salle de visioconférence de la TELUQ
Salle de visioconférence de la TELUQ Photo: Radio-Canada

Une centaine de personnes ont manifesté vendredi devant les bureaux de l'Université TELUQ à Montréal. Les tuteurs de l'université d'enseignement à distance affiliée à l'Université du Québec ont déclenché, il y a dix jours, une grève générale illimitée pour protester contre la restructuration de l'établissement.

Les quelque 200 tuteurs, responsables d'offrir un accompagnement aux étudiants, sont particulièrement touchés, comme l'explique Nancy Turgeon, présidente du Syndicat des tuteurs et des tutrices. « On vient dénoncer qu'on se fait remplacer par des nouvelles personnes qui sont embauchées pour des contrats d'un an ou deux, à qui la TELUQ demande de donner trois fois moins de temps en encadrement par étudiant », explique-t-elle.

Le syndicat demande à la direction un retour à la table des négociations. Ses membres veulent préserver les emplois. Ils craignent que les changements apportés par la direction de la TELUQ nuisent à la qualité de l'enseignement.

« On enseigne à distance à des étudiants aux parcours atypiques. Souvent ils sont à temps partiel, ils concilient travail, famille et études. C'est pourquoi le service d'encadrement est très important, selon nous », ajoute Nancy Turgeon.

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) est également inquiète. Son vice-président et responsable du regroupement université, Richard Bousquet, affirme que « c'est aussi quelque chose qui pourrait se faire dans les universités au niveau du développement de la formation. Et déjà dans les universités, on commence à voir des fragmentations de tâches et la création de nouveaux titres d'emplois ».

La TELUQ, créée en 1972, offre plus de 110 programmes.

Avec les informations de Hadi Hassin

Éducation

Société