•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir incertain des prématernelles de la DSFM

Des enfants font la file. Ils ont leur sac à dos et ils sont prêts à quitter leur classe.

Des enfants de la prématernelle de l'École /Collège régional Gabrielle-Roy ont terminé leur journée et chantent une chanson en attendant de quitter leur classe. L'établissement fait partie des cinq écoles de la DSFM offrant une prématernelle à temps plein en français.

Photo : Radio-Canada / Marie-Lise Mormina

Radio-Canada

Cinq ans après le lancement du programme pilote de prématernelle, la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) n'a toujours pas de financement de la province pour pérenniser son projet. L'avenir du projet est en réflexion.

L’ébauche du budget 2018-2019 montrait que le programme plombe les finances de la division.

En l'absence de subvention de la province, le directeur général adjoint de la DSFM, René Déquier, reconnaît que le programme pèse un certain poids dans le budget, malgré son intérêt pédagogique.

« Il faut voir quelles sont les autres stratégies qu'on peut mettre en place. C’est notre objectif d’augmenter les services scolaires en petite enfance. Il faut se souvenir que la DSFM est la seule division à offrir la maternelle à temps plein à travers toute la division. »

5 écoles, 35 enfants

À l’heure actuelle, le programme est proposé pour les enfants à partir de 4 ans dans cinq écoles en région rurale. Ces cinq écoles n’accueillent que 35 enfants par an, chacun d’eux nécessitant un investissement de 15 000 $ par année.

Dominique Arbez, coordonnatrice du programme régulier Éducation de la jeune enfance à l'Université de Saint-Boniface, estime qu'offrir de meilleurs services de garde serait une stratégie plus payante pour la province, puisque les garderies coûtent moins cher.

Elle explique aussi que les garderies qui sont logées dans les écoles de la DSFM reçoivent un appui de cette dernière. « Ceci permet d'offrir un meilleur salaire [aux éducateurs et éducatrices] et ça fait en sorte qu'il y a peut-être plus de stabilité », dit-elle.

Blocage fédéral

De son côté, le ministère provincial des Familles indique avoir travaillé avec la DSFM sur sa proposition visant à obtenir une subvention du gouvernement fédéral pour ce projet pilote. « Une décision sur le financement était attendue l'automne dernier, mais malheureusement, le gouvernement fédéral n'a encore confirmé ni approuvé de demande, en raison du nombre élevé de demandes reçues », indique une porte-parole du gouvernement manitobain.

En attendant, la DSFM évalue ses options. Son prochain budget doit être présenté le 25 février.

Selon des informations de Julien Sahuquillo.

Manitoba

Éducation