•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un joueur de hockey universitaire s’excuse d’avoir injurié un adversaire

Les bancs de Acadia et Saint-Francis-Xavier après la bagarre générale. Beaucoup de gants et de bâtons sont sur la glace (archives.)

Une bagarre générale a éclaté le 2 février lors du match de hockey entre Acadia et Saint-Francis-Xavier. (archives.)

Photo : Nick Bennett

Radio-Canada

Un hockeyeur saskatchewanais évoluant avec les Axemen d'Acadia dans la ligue universitaire de l'Atlantique s'est excusé d'avoir lancé une injure vulgaire à un adversaire des X-Men de l'Université Saint-Francis-Xavier. L'incident a provoqué une bagarre générale, le 2 février, à Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

« Dans le feu de l’action, je lui ai dit : “Tu ressembles à un sale petit violeur.” [NDLR : You look like a little ******* rapist] », a-t-il avoué, en parlant d'un de ses adversaires, Sam Studnicka. « À la suite de mes propos, j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas lorsque j’ai vu la réaction des joueurs, des entraîneurs », a déclaré Rodney Southam, 22 ans, dans un communiqué publié jeudi soir.

L’attaquant originaire de Saskatoon dit avoir échangé des propos injurieux avec son adversaire au cours de la troisième période d’un « match à très haute intensité ».

Une pluie de suspensions

Neuf joueurs des X-Men ont reçu une suspension totalisant 21 matchs, tandis que six joueurs des Axemen sont suspendus pour un total de 14 matchs. Les entraîneurs-chefs ont été suspendus pour deux matchs chacun.

Le directeur général de Sport universitaire de l’Atlantique a mentionné que le terme « violeur » avait été entendu par un juge de ligne quelques instants avant la bagarre générale.

Dans sa déclaration, Southam a révélé qu’il avait déjà été accusé d’agression sexuelle, mais après un an de procédures judiciaires, les accusations avaient été retirées. Il dit que certains adversaires lui remettent son passé sous le nez dans le feu de l’action.

Rodney Southam Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rodney Southam évolue avec les Axemen d’Acadia dans la ligue universitaire de l’Atlantique.

Photo : Université Acadia

« Je porte ces allégations avec moi. Chaque match où j'ai joué, mes adversaires s'en sont servis pour me narguer, dit-il. Parce que les railleries que j'ai endurées sont toujours dans mon esprit, c'est pourquoi je pense avoir dit ce que j'ai dit dans le feu de l'action, samedi. Je sais que j'aimerais pouvoir reprendre ce mot et j'aurais dû le savoir », souligne l’attaquant de 22 ans.

Historique et menaces

Quelques instants après la partie, Sam Studnicka a expliqué que cette bagarre générale avait commencé parce qu’un joueur adversaire avait fait un commentaire désobligeant à l’endroit d’une survivante d’agression sexuelle. Il dit avoir enduré beaucoup de propos de cette nature sur la glace au cours des trois dernières années.

Rodney Southam affirme qu'il ne connaissait pas l’historique des propos lancés contre Sam Studnicka.

« J’ai grandi uniquement dans l’Ouest canadien et je n’ai jamais rencontré Sam avant notre premier affrontement en octobre 2017 . Il n’y a jamais eu de disputes ni de bagarres ou de paroles irrespectueuses entre les deux équipes », explique Rodney Southam dans le communiqué.

Depuis les événements de samedi dernier, l’attaquant des Axemen a fermé tous ses comptes sur les médias sociaux en raison de menaces qu’il a reçues.

Rodney Southam a demandé aux directeurs athlétiques d’Acadia et de Saint-Francis-Xavier de pouvoir rencontrer Sam Studnicka à Antigonish.

Hockey universitaire

Justice et faits divers