•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes Matanais remportent une compétition de robots en Lego

Le reportage de Jean-François Deschênes
Jean-François Deschênes

Les équipes des écoles Saint-Victor à Petit-Matane et Victor-Côté de Matane ont remporté une compétition de robots fabriqués en Lego. Les équipes ont remporté la finale locale où 300 jeunes du primaire de la Matanie et de Rimouski s'étaient réunis.

Cette compétition amicale est organisée en collaboration avec la NASA.

Trois, deux, un… Lego!, c’est de cette façon que débute la première compétition matanaise de la Ligue de Lego First (For Inspiration and Recognition of Science and Technology).

Dix équipes, chacune composée d’une dizaine de joueurs, ont conçu un robot entièrement fabriqué de blocs Lego. Deux équipes provenaient de Rimouski et huit de la Matanie.

Sur une surface parsemée d’obstacles, les concepteurs devaient faire un maximum de tâches en deux minutes pour accumuler des points.

Attention aux erreurs qui, au contraire, les faisaient reculer dans la grille de pointage.

Arbitres et juges autour des tables de jeu.De nombreux arbitres et juges surveillent attentivement le déroulement des parties. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La compétition de robotique FIRST a pris racine aux États-Unis il y a une trentaine d'années. Aujourd'hui, plus d'un demi-million de jeunes de partout dans le monde participent à l'une ou l'autre des trois catégories de compétition réservée aux élèves du primaire et du secondaire. À Matane, c'est la compétition junior qui se déroule, destinée aux jeunes de 9 à 14 ans.

Nombreux jeunes dans une salle.Trois cents jeunes du primaire de la Matanie et de Rimouski se sont réunis à Matane le temps d'une journée de compétition. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

L’objectif est de valoriser les jeunes au travers du jeu, soutien le responsable développement et des partenariats Est-du-Québec, Fusion jeunesse, Fabrice Alcayde.

On valorise beaucoup les équipes sportives dans les écoles. Là, nous, on donne de la place aux jeunes qui sont plus technos, qui sont plus habiles à vouloir faire des Lego et à faire de la conception de robot et à travailler devant un ordinateur.

Fabrice Alcayde, responsable développement et des partenariats Est-du-Québec, Fusion jeunesse
Jeunes devant une grande table de jeu sur laquelle se trouve des obstacles en Lego.Ces jeunes de l’école Victor-Côté ont travaillé tout l'automne sur leur projet. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les élèves de l'école Victor-Côté, Juliane Thériault et Louis-Philippe St-Laurent, ont adoré leur expérience, même si ça n’a pas été facile tous les jours. Parfois, tu réussissais trois fois ta mission et la quatrième fois tu ne réussissais plus. Sinon, tu réussissais une fois sur deux. C'était tannant. Il fallait persévérer, explique Juliane, élève 5e année.

Moi, c'est plus les Lego puis, les suspenses aussi. J'ai toujours été un fan de Lego, j'aime ça quand tu ne sais pas qu'est-ce qui va arriver, ajoute Louis-Philippe, qui termine son primaire cette année.

L’enseignante Julie Fortin rappelle que FIRST encourage le travail d’équipe et met l’accent sur la valeur de l’autre et sur le respect. La notion de coopération est mise de l’avant lors de la compétition. Un robot tombe d'une autre équipe, on l'aide. On le reconstruit avec eux. On leur prête des pièces, précise-t-elle.

C'est vraiment de la coopération. Ce n'est pas une vraie compétition et on apprend beaucoup les uns des autres.

Julie Fortin, enseignante
Des jeunes portent tous un gilet orange sont devant un ordinateur portable.L'équipe Victik s'apprête à visionner la vidéo qu'ils ont réalisée et qui est destinée à un papa astronaute imaginaire. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Projets de recherche

Durant la compétition, il n'y a pas que les robots qui donnent des points, il y a aussi une activité qui met à l'épreuve le travail d'équipe.

Également, les juges accordent des points pour un travail de recherche que les jeunes ont élaboré. Le défi de cette année était de trouver une solution à un problème vécu par les astronautes isolés dans une navette spatiale.

Élève en 5e année, Zoé Ouellet a participé la vidéo destinée à un papa astronaute imaginaire qui pourrait l'aider à se désennuyer de son enfant. Aussi simple que cela puisse paraître, ce projet présentait aussi ses défis. C'est quand même compliqué parce qu' y a déjà des affaires très perfectionnées pour les astronautes. C'est dur d'inventer quelque chose!, a constaté Zoé.

Jeunes devant un panneau explicatif.Des élèves de l'école Durocher-D'Auteuil de Rimouski présentent leur projet de recherche. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les élèves iront défendre leur titre lors d'un festival qui aura lieu à Montréal le 28 février.

La finale nationale aura lieu à Détroit, aux États-Unis ce printemps.

Robot 2016 des Supertronix 5910Robot 2016 des Supertronix 5910 Photo : Extrait Page Facebook Supertronix 5910

Supertronix 5910, une inspiration pour les plus jeunes

Il y a quelques années, l’équipe d'élèves de la polyvalente de Matane, les Supertronix 5910, s'était rendue au Championnat mondial à Saint-Louis au Missouri. Cette compétition de haut-niveau consiste à construire un vrai robot en 45 jours.

Ce groupe a été l'inspiration des plus jeunes qui ont décidé de participer eux aussi à la compétition de niveau junior.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Robotique