•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le caricaturiste de la Gazette trace un parallèle entre la CAQ et le KKK

M. Mosher sur un panel en compagnie notamment de Jean-François Lisée et Marie-France Goldwater.
Terry Mosher, alias « Aislin », dessine depuis 50 ans pour le quotidien « The Gazette ». Photo: Radio-Canada
Jérôme Labbé

Le caricaturiste Terry Mosher – mieux connu sous son nom de plume, Aislin – a publié sur les réseaux sociaux un dessin censuré par son employeur, le quotidien The Gazette, dans lequel il fait un lien entre la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Ku Klux Klan (KKK). Il reconnaît maintenant qu'il est « probablement allé trop loin ».

« Honte à vous! »; « À propos »; « Non à la censure! » : le plus récent dessin du doyen des caricaturistes québécois n'a laissé personne indifférent sur Twitter depuis sa publication, jeudi soir. Ni sur Facebook, d'ailleurs.

Pour dénoncer les politiques de la CAQ, Aislin a repris le logo du parti et remplacé le « A » par une capuche blanche, l'un des attributs caractéristiques du costume du KKK, une caricature aussi simple que provocatrice, à laquelle s'est opposée sa patronne, Lucinda Chodan, rédactrice en chef de The Gazette.

Le dessin n'a pas été publié dans le quotidien montréalais vendredi matin.

Aislin a donc pris la décision de le publier lui-même, demandant aux internautes s'ils étaient d'accord avec la décision de la direction du journal. Ses publications étaient d'ailleurs toujours en ligne vendredi après-midi.

M. Mosher demande « What do you think? Would you have let it run? »La caricature controversée. Photo : Twitter (@TerryMosher1)

En entrevue à Radio-Canada, Terry Mosher a admis qu'il était « probablement allé trop loin ». Non seulement comprend-il la décision de The Gazette d'avoir refusé de publier sa caricature, mais a posteriori, il estime aujourd'hui que la direction du journal a fait le bon choix.

Invité plus tôt à s'expliquer à l'émission de radio Quebec AM, sur CBC, M. Mosher a défendu son droit de partager ses dessins sur les réseaux sociaux. « Ça fait partie de la discussion », a-t-il allégué, faisant valoir que ses publications avaient généré des débats dans les deux langues officielles du Canada. « J'aime l'idée qu'une caricature – aussi controversée soit-elle – fasse partie d'un processus où tout le monde peut en discuter. »

Aislin a aussi souligné que les chroniqueurs et les caricaturistes avaient souvent recours à l'hyperbole, une figure de style qui, selon Le Petit Robert, « consiste à mettre en relief une idée au moyen d'une expression qui la dépasse ».

Il n'y a pas de fumée sans feu. Et mon travail, c'est de dessiner le feu.

Terry Mosher, alias « Aislin », caricaturiste à « The Gazette », à l'émission « Daybreak »

Sur le fond, M. Mosher s'est bien gardé d'avoir voulu suggérer que les caquistes étaient racistes. Mais selon lui, les politiques de la CAQ encouragent le racisme, une opinion partagée par la chroniqueuse Fariha Naqvi-Mohamed dans un texte publié dans The Gazette de vendredi.

À Daybreak, une autre émission matinale du réseau CBC, Aislin a répété qu'il ne regrettait pas sa caricature, qualifiant même d'« odieux » le projet de loi caquiste sur le port des signes religieux.

« Je me fous de ce que les gens portent, et je pense que la majorité des gens pensent comme moi », a-t-il dit, ajoutant qu'il n'avait pas l'intention de s'excuser.

Une caricature « injuste », selon la direction

C'est la rédactrice en chef du quotidien, Lucinda Chodan, qui s'est personnellement opposée à la publication de la caricature d'Aislin.

Interviewée elle aussi à l'émission Quebec AM, Mme Chodan a fait valoir que son caricaturiste – de même que tous ses chroniqueurs – disposait d'une grande latitude et que le recours à l'hyperbole n'était pas proscrit en soi. Mais cette fois, Aislin est allé trop loin, estime-t-elle. La comparaison était tout simplement trop forte entre les positions de la CAQ, qui ne font certes pas l'unanimité, et la violence prônée par le KKK, une société secrète américaine fondée par des vétérans sudistes après la guerre de Sécession.

Le dessin, a jugé Mme Chodan, était « injuste » envers un gouvernement élu démocratiquement, qui n'a jamais suggéré de lyncher qui que ce soit.

À Daybreak, elle a aussi indiqué qu'il était plutôt rare qu'elle refuse une caricature soumise par Aislin. Dans ce cas-ci, toutefois, sa publication « n'aurait fait progresser le débat d'aucune façon », selon elle.

La rédactrice en chef, assise à son bureau.Lucinda Chodan a dû défendre la position de son journal toute la journée de vendredi. Photo : Radio-Canada

Pigiste, Terry Mosher avait tout à fait le droit de partager son dessin sur les réseaux sociaux, a fait valoir Mme Chodan à Radio-Canada, vendredi midi. Au sujet du fait que le nom du journal figure malgré tout sur la caricature controversée, juste en dessous de la signature d'Aislin, la rédactrice en chef de The Gazette s'est contentée de répéter que le quotidien avait choisi de ne pas la publier.

Enfin, Mme Chodan a confirmé que Terry Mosher ne sera pas sanctionné. Une caricature sur le même sujet devrait d'ailleurs être publiée dans l'édition de samedi.

Le premier ministre François Legault en conférence de presseSelon François Legault, il n'existe pas d'islamophobie au Québec. Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Interrogé sur ladite caricature, le chef caquiste François Legault a pesé chacun de ses mots. « Je trouve ça exagéré », a-t-il admis. « Maintenant, c’est une décision de la direction de la Gazette. Il faut respecter la liberté de la presse. Mais je trouve ça… vraiment exagéré. »

Son adjoint parlementaire responsable des relations avec les Québécois d’expression anglaise a toutefois réagi beaucoup plus fortement. Se présentant comme « l'un des trois députés noirs de la CAQ », Christopher Skeete s'est dit « personnellement offensé, surtout en ce mois [le Mois de l'histoire des Noirs, NDLR] où l'on devrait célébrer et se souvenir de l'histoire des Noirs et de leurs réalisations », a-t-il écrit sur Twitter.

C'est la deuxième controverse du genre à frapper The Gazette depuis deux semaines. Le mois dernier, le directeur de l'information du quotidien, Basem Boshra, a dû supprimer son compte Twitter après avoir écrit que la formation politique de Maxime Bernier était un « parti de Blancs ».

M. Mosher recevant sa médaille de l'Ordre du Canada des mains de l'ancienne gouverneure générale Adrienne Clarkson.Terry Mosher a été fait officier de l'Ordre du Canada en 2003. Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Né en 1942 à Ottawa, Terry Mosher, alias Aislin, dessine depuis 1972 dans la Gazette. En près de cinquante ans de carrière au quotidien de la rue Sainte-Catherine, il a publié plusieurs recueils et illustrés de nombreux ouvrages. Il est aussi président émérite de l'Association canadienne des caricaturistes.

Avec la collaboration de Louis-Philippe Ouimet

Politique provinciale

Politique