•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enseignement : une passion de père en fils pour les Tessier de Drummondville

Louis-Denis et Pierre Tessier discutent ensembre dans un local d'enseignement en soudure au Centre de formation professionnel Paul-Rousseau.
Louis-Denis et Pierre Tessier jasent de leur passion de l'enseignement en soudure-montage. Photo: Radio-Canada / Jean-François Dumas
Jean-François Dumas

Unis par la passion de transmettre leur savoir, Louis-Denis et Pierre Tessier, un père et son fils de Drummondville, ont partagé la même classe pendant de nombreuses années au Centre de formation professionnelle Paul-Rousseau de Drummondville.

Après 23 années comme enseignant en soudage-montage au Centre de formation professionnelle Paul-Rousseau de Drummondville, Pierre Tessier s’estime toujours privilégié de pouvoir partager sa passion de l’enseignement au quotidien.

Cette passion, il l’a sans doute découverte inconsciemment vers l’âge de 10 ou 12 ans alors qu’il visitait son père au travail. Son choix se confirmera des années plus tard après un passage en ingénierie à Polytechnique Montréal et dans un programme en administration. Il complète finalement une technique en métallurgie et devient, lui aussi, enseignant.

Mon père a passé 47 ans de sa vie à enseigner à des jeunes en formation professionnelle, un fait d’armes dont il garde encore, à 79 ans, beaucoup de fierté », souligne Pierre Tessier.

Ce que confirme le principal intéressé venu aujourd’hui rendre visite à son garçon à l’endroit même où il a enseigné le soudage-montage à ses côtés durant 13 ans.

La réussite: leur véritable paye

Si leur métier leur a permis de bien gagner leur vie respective, Louis-Denis et Pierre Tessier vont chercher beaucoup plus qu'un chèque de paye en enseignant. Notre vraie paye, c’est la réussite de nos élèves, assurent les deux hommes.

Au cours de ces années, les Tessier ont d’ailleurs formé des travailleurs habilités à oeuvrer dans une foule de domaines. Certains ont participé à d’importants chantiers, en passant par les grands barrages hydroélectriques du Québec ou encore des centrales nucléaires aux États-Unis. Plusieurs ont aussi déniché un emploi dans les entreprises de Drummondville. Cela permet régulièrement aux deux enseignants de carrière de les croiser et de constater avec joie le chemin parcouru depuis la fin de leur scolarité.

Des propulseurs de relève

Dominic Morissette, un enseignant en soudure, en pleine explication à un élève.Dominic Morissette, un enseignant en soudure, en pleine explication à un élève. Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Conscient qu’il faudra aussi des jeunes pour assurer la relève en enseignement, le duo père fils s’est toujours fait un devoir d’inciter leurs protégés à repousser leurs limites. Parmi leurs stratégies: les encourager à poursuivre des études au-delà du secteur professionnel.

Dominic Morissette, un de leurs élèves, s’estime aujourd’hui heureux d’avoir mis leur judicieux conseil en pratique. Après avoir bénéficié de l’expertise des deux hommes durant ses études, il est à son tour devenu enseignant en soudage-montage à la même école. La passion du père du fils est le principal facteur qui m’a incité à poursuivre dans cette voie, se rappelle Dominic Morissette. Le jeune enseignant est catégorique: leur engagement a tracé le cours de son avenir professionnel.

Pierre Tessier promet de continuer à faire la promotion de cette philosophie durant les prochaines années ce qui, on l’imagine, à la grande satisfaction de son père.

Estrie

Enseignement secondaire