•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conditions hivernales rigoureuses représentent un « défi majeur », selon le CP

Une dizaine de wagons brisés sont empilés sur le bord d'une route enneigée.

L'accident ferroviaire survenu lundi à Field, près de la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, a fait trois morts.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Un rapport de la compagnie ferroviaire Canadien Pacifique (CP) explique à quel point il peut être difficile de conduire des trains dans des températures très froides et souligne notamment des effets potentiels sur les freins à air.

« Les conditions hivernales difficiles sont une réalité inéluctable du climat dans le nord du Canada », dit un document accessible sur le site web de la compagnie, intitulé Se déplacer sur les rails durant l’hiver canadien (en anglais : White Paper: Railroading in the Canadian Winter on Canadian Pacific Railway).

« L’hiver a un impact important sur les activités du chemin de fer et la capacité de maintenir un service pour les clients », peut-on y lire.

En début de semaine, trois employés de la compagnie sont morts dans un déraillement de train, près de Field, en Colombie-Britannique. Au total, 99 des 112 wagons ont quitté les rails. Selon le Bureau de la sécurité du transport (BST), le train dépassait la vitesse maximale permise quand il a déraillé.

trois portraits d'hommes sont collés

Les victimes de gauche à droite de l'accident ferroviaire de lundi à Field en Colombie-Britannique : le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer, le mécanicien Andrew Dockrell et le conducteur Dylan Paradis.

Photo : Facebook

Le mécanicien Andrew Dockrell, le conducteur Dylan Paradis et le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer ont péri. Ils avaient pris la relève d’une autre équipe quand le train a commencé à bouger tout seul, mais ils n’étaient pas encore prêts à partir, selon les informations du BST. L’organisme a aussi précisé que le train avait été à l'arrêt durant deux heures avant d’avancer, mais que les freins à main n’avaient pas été actionnés.

Le froid, un problème important

Le document du CP indique notamment que le froid augmente les pertes d’air du système de freins à air ce qui entraîne des pressions d’air différentes entre la tête et la queue du train. « C’est un défi majeur », affirme-t-il.

Les convois sont raccourcis quand les températures sont inférieures à -25 degrés Celsius, précise le rapport.

Un représentant syndical affirme que le train de 112 wagons était plus court que ceux utilisés par le CP dans les dernières années, qui en comptent 135. Toutefois, un mécanicien de train expérimenté de Boston, Joe Mulligan, estime qu’il s’agissait d’un long convoi de wagons-trémies. Selon lui, ce type de train est difficile à retenir même avec des freins à main.

Mercredi soir, CP a annoncé rouvrir son chemin de fer à l'endroit où l'accident s'est produit, mais a précisé qu'une enquête était toujours en cours.

Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Accidents et catastrophes