•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record d’autobus au garage : des chauffeurs de la STM payés à ne rien faire

Un autobus en réparation dans un garage de la STM.

Un autobus en réparation dans un garage de la STM.

Photo : Radio-Canada

Thomas Gerbet

Près du tiers de tous les autobus de la Société de transport de Montréal (STM) sont en réparation. Du jamais-vu, reconnaît la STM. Des dizaines de chauffeurs attendant à ne rien faire. Les nouveaux autobus hybrides seraient nombreux à tomber en panne.

Si vous avez remarqué que les autobus passent moins souvent ces derniers temps, ce n'est pas une impression.

Ce matin, 562 autobus sont en réparation, soit 31 % de tous les véhicules de la STM.

Une situation « record », de l'aveu même du directeur général Luc Tremblay à l'émission Gravel le matin.

« Des chauffeurs doivent attendre qu'un autobus se libère pour aller faire leur travail », admet M. Tremblay.

Sur les 1800 autobus de la STM, 1424 devraient être sur la route pour assurer le service (soit environ 20 % de maintenance), mais il n'y en avait que 1238 disponibles ce vendredi (soit 31 % de maintenance).

« Nos bus sont allergiques au froid, aux changements de température », explique le directeur général.

Parmi les principales difficultés vécues par les autobus : chauffage en panne, essuie-glaces brisés, système de lave-glace défectueux, dégivrage avant du pare-brise en panne, amoncellement de glace dans les portes...

La STM affirme aussi que « le syndicat passe des mots d'ordre pour ralentir le travail » en raison de négociations en cours avec la partie patronale.

Un problème avec les nouveaux autobus hybrides?

Le président du Syndicat des employés d'entretien de la STM, Gleason Frenette, affirme que les nouveaux autobus hybrides tombent plus souvent en panne que les autres.

« La technologie hybride, ce ne sont pas de bons autobus », dit-il. Un problème de valves qui gèlent empêcherait le fonctionnement des freins et des amortisseurs. Le syndicat affirme que 40 % des hybrides sont au garage. Le chiffre serait plutôt de 20,6 % selon la STM.

Il y a 300 autobus qui s’en viennent et c’est des citrons.

Gleason Frenette, président du Syndicat des employés d'entretien de la STM.

Le nombre de mécaniciens a été réduit ces dernières années.

Le syndicat soutient que la STM contribue au problème, car elle a cessé de ravitailler les autobus en essence quotidiennement et privilégie plutôt qu'ils aillent se ravitailler au besoin, ce qui cause des pannes. Des mécaniciens doivent aussi aller chercher les véhicules en panne sur le terrain pour les remorquer et ne peuvent plus travailler au garage.

Le syndicat des chauffeurs d'autobus n'a pas souhaité faire de commentaires.

Grand Montréal

Transport en commun