•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hiver difficile pour les piétons à Trois-Rivières

Une femme pousse une poussette sur un trottoir glacé.
Un trottoir glacé au centre-ville de Trois-Rivières donne du fil à retordre aux piétons. Photo: Radio-Canada
Marie-Pier Bouchard

Plusieurs piétons trouvent leurs déplacements laborieux au centre-ville de Trois-Rivières cet hiver, plus particulièrement ces jours-ci. Mercredi, quelques jours après le dernier épisode de verglas, certaines portions de trottoirs étaient encore sur la glace vive dans le secteur du centre hospitalier Saint-Joseph.

L’accès à l’établissement est très difficile pour les patients qui doivent parcourir quelques centaines de mètres entre leur véhicule stationné dans la rue et l'entrée principale.

À certains endroits, comme à l’angle des rues Sainte-Julie et Saint-Thomas, l’épandage d’abrasifs ne semble pas avoir été fait en continu.

De la glaceUn trottoir du centre-ville de Trois-Rivières recouvert d'une épaisse couche de glace Photo : Radio-Canada

Les gens doivent quitter le trottoir pour marcher dans la rue, comme trois mères de famille que nous avons croisées lors de notre passage dans le secteur.

Je marche dans la rue pour prendre moins de risques, mais c’est quand même un risque de marcher en plein milieu de la rue avec une poussette.

une mère de famille
Une femme poussant une poussette et un enfant marche à ses côtés.Une mère invite son enfant à marcher dans la rue avec elle parce que le trottoir est trop glacé. Photo : Radio-Canada

À 80 ans, Claude Lacaille dit marcher une heure et demie par jour pour rester en forme, mais il estime que Trois-Rivières « n’est pas une ville pour marcher ».

Dans le centre-ville, c’est quotidien. Les trottoirs ne sont jamais en bon état.

Claude Lacaille, piéton
Une homme portant une tuque rouge et des lunettes fumées.Claude Lacaille, citoyen de Trois-Rivières depuis 1995 Photo : Radio-Canada

Citoyen de Trois-Rivières depuis 1995, M. Lacaille affirme que l’entretien des trottoirs est problématique depuis longtemps. Il croit que la Ville doit considérer davantage les marcheurs et il a bien l'intention de faire entendre son point de vue lors des consultations publiques sur le projet Vision zéro.

Payer son stationnement est même devenu un défi important alors que l’accès à l’horodateur est particulièrement difficile à certains endroits.

Un trottoir glacéCertains trottoirs sont sur encore la glace vive au centre-ville de Trois-Rivières quelques jours après le plus récent épisode de verglas. Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Du côté de la Ville de Trois-Rivières, on assure qu’après vérification, l'épandage d'abrasifs a été fait dans les règles de l'art dans le secteur du centre Saint-Joseph.

Il faut comprendre que, lorsqu’il y a épandage avec une chenillette et que des obstacles empêchent celle-ci de passer, il est possible que l’opérateur contourne une petite section du trottoir lors des opérations d’épandage d’abrasifs, précise-t-on par courriel.

Au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), on refuse de commenter le travail de la Ville de Trois-Rivières et on affirme qu'aucun patient n'a fait de plainte au service de sécurité de l'établissement.

En trois ans, soit de 2016 à 2019, la Ville de Trois-Rivières a reçu en tout 219 réclamations en lien avec l'entretien hivernal, dont seulement deux pour dommages corporels.

Toute plainte ou requête peut être acheminée en passant par le site Internet de la Ville.

Mauricie et Centre du Québec

Société