•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frais de garde au Canada augmentent moins vite qu'avant, selon une étude

Gros plan sur des blocs déposés sur une table, avec des enfants en arrière-plan.

Les frais de garde ont diminué ou peu augmenté au Canada cette année.

Photo : Radio-Canada / Patrick Pilon

La Presse canadienne

Les frais de garderie ont baissé, ou ont peu augmenté, dans certaines villes canadiennes, ce qui pourrait être un signe que l'argent fédéral commence à porter ses fruits, selon une nouvelle étude.

La cinquième enquête annuelle sur les frais de garde d'enfants dans les plus grandes villes du Canada, réalisée par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), indique quand même que les frais de places en garderie réglementées à temps plein ont augmenté plus rapidement que l'inflation dans 61 % des villes examinées.

Le groupe de réflexion a constaté que les coûts étaient les plus élevés à Toronto et dans ses banlieues, où les frais s'élevaient en moyenne à 1685 $ par mois pour les poupons de moins de 18 mois, et à 1150 $ par mois pour les enfants plus âgés.

C'est encore au Québec que les villes affichaient les tarifs les plus bas pour les places réglementées à temps plein au pays, suivies de Winnipeg et de Charlottetown, dans les trois provinces, en fait, où les tarifs sont fixes depuis des années.

Points saillants de l’enquête du CCPA :

  • Pour les enfants d'âge préscolaire, les frais de garde sont les plus élevés à Toronto (1150 $ par mois) et dans ses banlieues;
  • Pour les 18 mois à 3 ans, les frais de garde médians les plus élevés sont à Vancouver (1407 $ par mois), Toronto (1367 $) et Mississauga (1269 $);
  • Pour les enfants de moins de 2 ans, les frais de garde médians les plus élevés sont encore en Ontario (1685 $ par mois à Toronto);
  • Dans les trois cas, les frais de garde fixes sont les plus bas au Québec (175 $ - 190 $).

De l’argent fédéral

Le Trésor fédéral devrait dépenser 7,5 milliards de dollars sur 10 ans pour aider à financer des places en garderie dans tout le pays, grâce à des accords conclus avec chaque province.

Les trois premières années, ces dépenses doivent s'élever à 1,3 milliard de dollars, ce qui devrait permettre de créer ou de maintenir 40 000 places subventionnées, un objectif qui serait sur le point d'être atteint, selon les libéraux.

Une fois ces trois années écoulées, après les élections fédérales d'octobre, de nouveaux accords de financement devront être signés avec les provinces, qui sont responsables des services de garde.

David Macdonald, économiste principal au CCPA, s'attend à ce que les efforts fédéraux visant à réduire les frais de garde entraînent une baisse globale des prix pour la première fois en cinq ans.

Les frais augmentaient en général d'année en année, beaucoup plus que le taux d'inflation, et nous constatons que ces frais commencent à s'inverser dans quelques provinces.

David Macdonald, économiste principal au CCPA

Le chercheur affirme que les dépenses fédérales initiales semblent avoir aidé les provinces à réglementer les tarifs.

Des provinces ont baissé les frais de garde

Le gouvernement fédéral ne s'attendait pas à ce que les provinces fixent des frais moins élevés lorsqu'il a conclu avec elles des accords de financement l'année dernière : Ottawa croyait plutôt que les gouvernements provinciaux trouveraient le moyen de moduler les tarifs en fonction des revenus des parents.

Ainsi, un régime de frais fixes à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, a entraîné une baisse de 13 % des frais de garde, indique le rapport, même si ces tarifs restent comparables à ceux d'Ottawa, où les taux sont fixés par le marché.

D'autres provinces utilisent les fonds fédéraux pour financer d'autres initiatives publiques, en augmentant par exemple les subventions aux familles à faible revenu, précise M. Macdonald.

Les impacts de ces initiatives ne sont pas pris en compte dans l'enquête sur les frais de garde. Certains organismes soutiennent qu'il est préférable de donner plus d'argent aux familles et de les laisser prendre leurs propres décisions en matière de garde d'enfants.

Famille

Société