•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseiller municipal veut lever les sanctions contre le maire de Sarnia, accusé de harcèlement

Un homme assis à un bureau tient ses lunettes dans ses mains en regardant l'objectif de la caméra. On peut voir derrière lui plusieurs de ses effets personnels comme des cadres et des médailles.
Le maire de Sarnia Mike Bradley, assis dans son bureau de l'hôtel de ville. Photo: Radio-Canada / Colin Côté-Paulette
Radio-Canada

Bill Dennis, un conseiller municipal de la Ville de Sarnia nouvellement élu, proposera une motion à la prochaine réunion municipale pour exonérer le maire de toutes sanctions à son endroit.

Un mur a été installé entre l'aile politique et celle administrative de l'hôtel de ville, depuis  un rapport d’enquête en 2016 indiquant que Mike Bradley avait créé un environnement de travail toxique pour les employés de la municipalité du Sud-Ouest de l'Ontario.

Je veux que les sanctions soient levées en totalité, dit le conseiller Dennis pendant une conversation téléphonique. Il a complété tout ce qu’il avait à faire et a même suivi une formation d’une journée sur le harcèlement et le respect au travail.

La formation qu’a suivie le maire est obligatoire pour tous les conseillers municipaux et dure une journée.

Selon Bill Dennis, le fonctionnement de la gestion de la Ville de Sarnia a souffert à cause de cette séparation entre le maire et les employés de la Ville.

Le conseiller a affirmé que le maire est un grand homme , en réponse à une question sur la durée de la formation. Selon lui, elle était suffisante pour changer le comportement du maire.

Ma femme a travaillé avec lui pendant des années et j’ai fait partie de sa campagne dans les années 90, et je peux jurer qu’il est un "gentleman", soutient M. Dennis.

Ce dernier a affirmé que tout le monde fait des erreurs et que les gens ont parfois de bonnes et de mauvaises journées. Il est temps d’aller vers l’avant et d’oublier le passé, soutient le conseiller.

La dernière élection, remportée par Bradley avec une majorité écrasante, atteste l’appui que lui confère la population, aux dires de M.Dennis.

Selon lui, plusieurs résidents mettent en doute la légalité de l’isolement du bureau du maire. Il pourrait y avoir des conséquences légales si la Ville n’enlève pas les sanctions, dit-il.

Point d’interrogation de la part du commissaire

Toutefois, le commissaire à l’intégrité de la Ville, Robert Swayze, ne croit pas que le conseil municipal ait le pouvoir de renverser les sanctions contre M. Bradley.

Ils devraient aller consulter un avocat à ce propos, afin de ne pas se faire poursuivre en justice, explique le commissaire.

Quelqu'un pourrait les poursuivre pour avoir changé une décision sans en avoir le droit.

Robert Swayze, commissaire à l'intégrité de la Ville de Sarnia

Par ailleurs, depuis quelques mois, d'importants membres de l’administration de la Ville ont quitté leur emploi, selon le commissaire. Parmi ces départs, Marg Misek-Evans, directrice municipale de Sarnia jusqu’au 31 décembre 2018.

Windsor

Politique municipale