•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Papa à temps plein et taxi : la vie d’Erik Guay à la retraite

Un homme et une fille tiennent des bâtons de ski pour descendre une piste
Erik Guay aide une petite fille pendant une activité d'initiation au ski alpin à Gatineau. Photo: Radio-Canada / Kim Vallière
Kim Vallière

La retraite d'Erik Guay ne l'a pas éloigné des pistes de ski, au contraire. L'ancien champion du monde passe plus de temps que jamais à pratiquer le sport qui le passionne, sauf qu'au lieu de se mesurer à l'élite mondiale, il descend la montagne en compagnie de ses enfants.

Je tripe comme un malade, lance l’athlète de 37 ans, qui a annoncé sa retraite de la compétition à Lake Louise, en novembre dernier.

De passage à Gatineau, jeudi, pour participer à une activité d’initiation aux sports de glisse dans le cadre du Bal de neige, le skieur le plus décoré de l’histoire canadienne dit profiter pleinement de son nouveau mode de vie.

J’apprends c’est quoi être papa à temps plein. Je fais pas mal de taxi avec les cours de gymnastique, les cours de ballet, les cours de danse, les cours de ski… J’adore ça! J’ai l’impression que j’ai manqué beaucoup au cours des dernières années en étant parti souvent, raconte le père de quatre filles.

Guay a raccroché ses skis après avoir cumulé 25 podiums en Coupe du monde et avoir été couronné champion du monde à deux reprises. Il a aussi participé à trois Jeux olympiques, mais des blessures au dos l’ont empêché d’être de ceux de Pyeongchang, en 2018.

Ça me manque encore d’être sur le circuit et d’avoir le rush d’adrénaline, mais en même temps, les blessures et de se lever à 5 h le matin, ça, ça me manque moins, explique le résident de Mont-Tremblant.

Il avoue garder un oeil intéressé sur les compétitions aux Championnats du monde de ski alpin qui se déroulent présentement à Are, en Suède.

Erik Guay a complété une dernière descente à Lake Louise.Erik Guay a complété une dernière descente à Lake Louise. Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Blessure de Valérie Grenier : « Je ne suis pas inquiet pour elle »

Guay était devant l’écran de son ordinateur lors de la descente d’entraînement de mercredi pendant laquelle Valérie Grenier a fait une chute et a subi une triple fracture tibia-péroné-cheville.

La Franco-Ontarienne de St-Isidore, dans l'Est ontarien, a été opérée et sa saison est terminée. On dirait que ça a toujours lieu quand ça va super bien. Valérie a connu une année exceptionnelle, commente celui qui a passé 15 saisons sur le circuit de la Coupe du monde.

La skieuse de 22 ans a notamment obtenu une quatrième et une cinquième place en super-G depuis le début de la saison.

C’est une fille qui est très, très forte, qui travaille fort et je ne suis pas inquiet pour elle, je suis sûr qu’elle va revenir encore mieux qu’avant, mentionne Guay, qui a lui-même décidé de prendre sa retraite après avoir vu son coéquipier Manuel Osbourne-Paradis se fracturer la jambe à l’entraînement en novembre.

Même s’il ne veut pas en dire beaucoup sur ses plans futurs, Guay avoue que le ski fera toujours partie de sa vie et qu’il souhaite, à court et moyen terme, contribuer à produire d’autres champions du monde canadiens.

À commencer, peut-être, par ses deux filles aînées, qui ont demandé à commencer le ski de compétition l’an dernier.

Ottawa-Gatineau

Ski alpin