•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations de plagiat contre l’ex-rédactrice en chef du New York Times pour son nouveau livre

La journaliste Jill Abramson sur un plateau de télévision.

La journaliste Jill Abramson

Photo : Getty Images / Jason Mendez

Radio-Canada

Un journaliste a accusé l'ancienne rédactrice en chef du New York Times Jill Abramson d'avoir recopié plusieurs passages d'autres sources pour son nouveau livre, Merchants of Truth.

Dans une longue série de tweets, un correspondant de Vice, un média vertement critiqué dans le livre, a comparé plusieurs paragraphes de Jill Abramson avec des textes signés par d’autres. Certaines phrases sont identiques, d’autres, très légèrement modifiées.

Merchants of Truth: The Business of News and the Fight for Facts, dont le titre se traduit par « Marchands de vérité : l’industrie de l’information et la lutte pour les faits », se veut une critique de l’environnement médiatique actuel. Elle fait une analyse de la situation de deux grands médias traditionnels, le New York Times et le Washington Post, et de deux concurrents numériques, Vice et BuzzFeed.

Sa publication cette semaine a été accompagnée d’éloges de la part de figures éminentes de la communauté journalistique américaine, telles que l’ancien président de CNN Walter Isaacson ou l’auteur Gay Talese.

70 pages de notes bibliographiques

Confrontés à ces allégations de plagiat, l’auteure et son éditeur ont promis qu’ils allaient investiguer.

« Je prends au sérieux les questions soulevées, et je vais réviser les extraits mentionnés, a écrit Jill Abramson sur Twitter mercredi soir. Je me suis efforcée de créditer avec diligence et exactitude les centaines de sources qui ont fait partie de ma recherche. »

« Je n’ai certainement pas fait de plagiat dans mon livre, et il y a 70 pages de notes bibliographiques qui montrent où j’ai pris mon information », avait-elle dit en entrevue sur la chaîne Fox mercredi.

Jill Abramson a également affirmé que certaines critiques pourraient être une réponse au portrait peu flatteur qu’elle dresse de Vice dans son livre.

La journaliste de 64 ans a une feuille de route impressionnante, ayant écrit pour le Wall Street Journal et le New York Times, entre autres, avant de devenir la première femme rédactrice en chef du prestigieux quotidien new-yorkais en 2011.

Avec les informations de Associated Press

Livres

Arts