•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, le tilapia n’est pas nourri d’excréments humains

Une image circulant sur Facebook affirme que le tilapia est nourri d'excréments de Chinois et de Cambodgiens

Une image qui circule sur les réseaux sociaux met en garde les consommateurs contre le tilapia

Photo : Capture d'écran - Facebook

Bouchra Ouatik

Le tilapia a depuis longtemps mauvaise réputation. Dans une publication partagée plus de 71 000 fois sur Facebook, on affirme que ce poisson serait nourri « d'excréments de Chinois et de Cambodgiens » à un point tel que la population locale n'en consommerait pas elle-même. Or, le tilapia sur nos tablettes est tout à fait propre à la consommation. Vérifications.

Il n’y a aucune indication que les tilapias soient nourris avec des excréments humains en Chine, qui génère 60 % de la production mondiale, ou ailleurs en Asie. Il arrive cependant que d’autres types de contaminants s’y retrouvent.

La confusion à la base de cette rumeur vient sans doute du fait que du fumier de bétail et de volaille soit parfois utilisé comme engrais pour les algues dont se nourrissent les poissons d’élevage.

Un rapport de 2008 du département américain de l’Agriculture (Nouvelle fenêtre) indique toutefois que cette pratique ne se limite pas à l’élevage du tilapia. Toujours selon ce rapport, il peut arriver dans des régions rurales de Chine, où le système d’égouts est inadéquat, que des matières fécales humaines ou animales se retrouvent dans l’eau et contaminent les bassins d’aquaculture. Il est cependant faux d’affirmer que les poissons sont délibérément nourris avec des excréments humains.

Des antibiotiques dans l'assiette

L’organisme Seafood Watch de l’Aquarium de Monterrey Bay, en Californie, émet cependant des avertissements quant au tilapia en provenance de Chine (Nouvelle fenêtre). Dans son plus récent rapport, l’organisme recommande d’éviter de consommer le tilapia provenant de ce pays, non pas en raison de la présence d’excréments, mais plutôt à cause de l’utilisation d’antibiotiques.

Ceux-ci sont pourtant bannis en Chine et dans plusieurs autres pays, puisqu’ils contribuent à renforcer la résistance des bactéries aux antibiotiques. Selon Seafood Watch, ces médicaments ne se retrouvent pas dans le tilapia en provenance d’autres pays.

Surveiller les importations

Tilapias

Tilapias

Photo : photo André Vermette

Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), tout le poisson d’élevage importé au pays est analysé pour vérifier s’il y a présence de coliformes fécaux ou de médicaments.

Selon Daniel Burgoyne, gestionnaire national des aliments importés à l’ACIA, il n’y a eu qu’un cas où une cargaison de tilapias a été rejetée, et elle provenait non pas de Chine, mais du Vietnam.

Dans ce cas, survenu en 2016, le poisson contenait des traces d'antibiotique interdit au pays. M. Burgoyne souligne également que les importations de tilapias de Chine ont diminué de moitié dans les trois dernières années. Quant au Cambodge, il n’y a pas eu d’importation de tilapias de ce pays dans les dernières années.

Finalement, il est faux d’affirmer que les Chinois ne consomment pas de tilapia, puisque seul le quart de la production de ce pays est exportée (Nouvelle fenêtre). Le reste est destiné à la consommation locale.

Fausses nouvelles

Alimentation