•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président du C. A. du Centre de recherche sur les grains prêt à quitter son poste

Gros plan sur le visage du président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek
Christian Overbeek est également lobbyiste et président des Producteurs de grains du Québec Photo: Radio-Canada
Thomas Gerbet

Dans la foulée de la controverse au sujet de l'ingérence des lobbys dans la recherche scientifique sur les pesticides, le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek, se dit prêt à se retirer de la présidence du C. A. du Centre de recherche sur les grains (CEROM).

Le tollé provoqué par le congédiement du lanceur d'alerte Louis Robert par le ministère de l'Agriculture aura accentué la pression sur Christian Overbeek. Québec a prévenu qu'il pourrait retirer son financement si des changements ne sont pas réalisés au CÉROM pour améliorer la gouvernance, la transparence et l'indépendance de la recherche.

Dans un communiqué publié jeudi, M. Overbeek dévoile les recommandations qu'il compte faire au ministère, la semaine prochaine, pour répondre aux exigences. Le lobbyiste, qui représente aussi des producteurs, recommande « que les postes de dirigeants du conseil d'administration du CEROM (président, vice-président, trésorier et secrétaire) soient occupés par des administrateurs indépendants ».

Ainsi, il ne pourrait plus siéger à titre de président du conseil d'administration. Le secrétaire du C. A. du CEROM, Salah Zoghlami, également lobbyiste enregistré pour alléger la réglementation sur les pesticides, ne pourrait plus occuper son poste non plus.

Il n'est pas clair si la recommandation s'appliquerait au vice-président et au trésorier qui sont employés par des sociétés qui vendent des pesticides, La COOP Fédérée et Synagri. Ce sera au ministère de décider, dit M. Overbeek.

Dans son communiqué, il recommande toutefois que des représentants des producteurs puissent tout de même siéger comme simples administrateurs.

« J'ai toujours respecté les mandats qui m'ont été confiés, les règles éthiques qui s'appliquaient à moi, ainsi que les avis des spécialistes en matière de bonne gouvernance, écrit-il. C'est ce que je continue à faire aujourd'hui. »

En mars 2018, une enquête de Radio-Canada avait démontré l'existence d'ingérence de membres du conseil d'administration sur la recherche menée au CEROM, financé à 68 % par le gouvernement du Québec.

Plusieurs chercheurs avaient démissionné en dénonçant des pressions qu'ils subissaient pour orienter ou ne pas publier certains résultats. Christian Overbeek a déjà publiquement contredit des résultats de recherches menées au CEROM.

Le fonctionnaire du ministère de l'Agriculture, Louis Robert, avait fourni des documents confidentiels à Radio-Canada dans le cadre de cette enquête. À la suite d'une chasse au lanceur d'alerte, il a été congédié par le Ministère le 24 janvier.

Politique provinciale

Politique