•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'auteur de La femme à la fenêtre admet avoir fait croire qu'il avait un cancer

Portrait de Dan Mallory qui sourit

L'écrivain Dan Mallory a publié le roman La femme à la fenêtre sous le nom d'A.J. Finn.

Photo : getty images for east hampton li / Eugene Gologursky

Radio-Canada

L'auteur Dan Mallory, qui a écrit le roman à succès La femme à la fenêtre (The Woman in the Window) sous le pseudonyme d'A.J. Finn, a reconnu avoir faussement affirmé être atteint d'un cancer du cerveau.

Cet aveu survient au moment où The New Yorker publie une enquête sur Dan Mallory. Dans ce long article, le magazine, qui s’est entretenu avec plusieurs anciens professeurs, employeurs et collègues de l'écrivain américain, accuse ce dernier d’avoir menti à répétition, notamment sur son état de santé.

Il rapporte que l’auteur âgé de 39 ans a dit être malade, ou avoir été malade, d'un cancer du cerveau à plusieurs reprises au cours de ses études et de sa vie professionnelle. Dan Mallory a travaillé pour des maisons d’édition à Londres et à New York avant de faire paraître son premier livre, La femme à la fenêtre, en janvier 2018.

The New Yorker relate également que Dan Mallory a raconté avoir perdu sa mère d’un cancer ainsi que son frère. Si sa mère a bien souffert d’un cancer du sein quand l’écrivain était adolescent, elle est toujours en vie aujourd’hui. Et aucun des frères de l'écrivain n’est décédé.

Un doctorat fictif

Dan Mallory a également déclaré avoir décroché deux doctorats, dont l’un à l’Université Oxford. Sauf que l’Université a indiqué qu’il n’a obtenu qu’une maîtrise.

En 2007, après que Dan Mallory a quitté son emploi chez l'éditeur Ballantine pour partir étudier en Grande-Bretagne, son ancien employeur a remarqué que des achats avaient été réalisés sur le site britannique d’Amazon avec la carte de crédit de l’entreprise. Dan Mallory a reconnu avoir effectué ces achats, mais il a expliqué s’être trompé de carte, ajoutant que son cancer avait récidivé.

Des aveux

Dans un communiqué envoyé au New Yorker par l’intermédiaire d’une firme de relations publiques, Dan Mallory, qui a été diagnostiqué d’un sévère trouble bipolaire de type 2 en 2015, a admis avoir menti.

« Il est vrai qu’à de multiples occasions dans le passé, j’ai déclaré, insinué et laissé d’autres croire que j’étais touché par une maladie physique, et non psychologique : le cancer », a-t-il écrit.

Le choix de la dissimulation

Dans son communiqué, l'auteur fait le lien entre ses mensonges et le trouble bipolaire dont il souffre.

« Dans ma détresse, j'ai dit ou fait [...] des choses que je n'aurais jamais dites ou faites [...] d'ordinaire, des choses, dont, dans bien des cas, je n'ai absolument aucun souvenir. »

« Pendant 15 ans, même en travaillant avec des psychothérapeutes, j’étais complètement terrifié de ce que les gens pourraient penser s’ils savaient [que j’avais un trouble bipolaire], qu’ils en concluent que j’étais déficient et que je pouvais faire quelque chose pour y remédier, ou pire, qu’ils ne me croient pas. La dissimulation semblait être la voie la plus facile », a-t-il ajouté.

Dans l’article du New Yorker, une psychiatre, qui n’a pas traité Dan Mallory, précise qu’un patient souffrant d’un sévère trouble bipolaire de type 2 ne peut mettre « des mensonges chroniques [destinés] à obtenir des avantages secondaires ou de l’attention » sur le compte de sa maladie.

Bientôt en film

Le roman à suspense La femme à la fenêtre (The Woman in the Window) raconte l'histoire d'une psychologue agoraphobe qui se retrouve témoin d'un meurtre en regardant par la fenêtre. Dès sa parution, il est entré dans la liste des meilleures ventes établie chaque semaine par le New York Times. Et selon l'organisme BookNet Canada, La femme à la fenêtre est arrivé à la 6e place des livres les plus vendus au Canada en 2018.

La femme à la fenêtre fait présentement l'objet d'une adaptation au cinéma avec Amy Adams, Julianne Moore et Gary Oldman dans les rôles-titres. Réalisé par Joe Wright, ce film prendra l'affiche le 4 octobre prochain.

Avec les informations de The New Yorker, et BBC

Livres

Arts