•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tracadie abandonne la vente du grand chapiteau

Des musiciens sur scène.
Le chapiteau de Tracadie n'est plus à vendre. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Volte-face à Tracadie, le grand chapiteau n'est plus à vendre. Ce changement de cap est attribuable aux artistes de la région et à l'intervention de Wilfred LeBouthillier.

Le conseil municipal de Tracadie avait décidé de se départir du chapiteau pour des considérations financières. Mais un coup de téléphone bien particulier a fait tourner le vent.

L'auteur-compositeur-interprète Wilfred LeBouthillier, originaire de Tracadie, a convaincu le maire Denis Losier d'abandonner la vente du chapiteau lors d’un entretien téléphonique.

Disons qu'il est venu m'apporter les mots dont j'avais besoin pour dire “OK, je suis prêt à changer de cap avec cette aventure-là, explique le maire de Tracadie, Denis Losier.

Portrait du maire, à l'extérieur.Le maire de Tracadie, Denis Losier. Photo : Radio-Canada / François Vigneault

M. Losier a confiance en l'expertise de Wilfred LeBouthillier, un artiste doté d’une longue carrière. Le maire croit qu’une solution qui allégera le fardeau financier de Tracadie est possible.

Si on assoit un paquet de gens avec de bonnes volontés, on va être en mesure de trouver une entente qui va faire l'affaire de tout le monde, conclut M. Losier. La volte-face de la municipalité réjouit des artistes de la région, reconnaissants des démarches de Wilfred LeBouthillier.

C'est vraiment apprécié parce que je pense que c'était le but de tout le monde, a réagi le chanteur des Hôtesses d’Hilaire, Serge Brideau. C’est une activité bonne pour les commerçants, bonne pour les citoyens pis certainement bonne pour les artistes.

Je pense que c'était le rôle de la communauté artistique de se lever pis de dire “on veut trouver des solutions pour garder cette belle infrastructure à Tracadie”.

Maxime McGraw

Ils sont prêts à s'impliquer avec la municipalité pour trouver une solution viable. La décision de vendre le chapiteau ne faisait pas l'unanimité au conseil municipal.

On n'a jamais voulu nuire aux artistes ou empêcher des spectacles, se défend le maire de Tracadie, Denis Losier. Les frais annuels pour le fonctionnement du chapiteau s’élèvent à 50 000 $, selon le maire.

Dès qu'on décide de l'utiliser, nos employés doivent placer les toiles et l'équipement, faire l'entretien du terrain pis la même chose pour le remiser l'hiver, explique M. Losier.

Le dossier du chapiteau sera discuté en réunion plénière mercredi soir et le maire croit qu'il recevra l'appui du conseil.

Avec les informations de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Arts de la scène