•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailler dans un espace partagé avec son enfant à proximité

Une femme et sa fille sont de dos devant un ordinateur.
Une petite fille a quitté la salle de jeu quelques minutes entre deux activités pour rejoindre sa mère dans l'espace de travail partagé. Photo: Radio-Canada / Fanny Bédard
Fanny Bédard

Les parents vancouvérois peuvent profiter depuis quelques mois d'un nouvel espace de travail partagé où ils peuvent amener leurs enfants et les faire garder par une éducatrice pendant qu'ils se consacrent, durant quelques heures, à des tâches professionnelle.

Insideout Fam est le nouveau bébé de l’entrepreneuse Valeriya Tsoy. Elle pense qu’il vient combler un vide pour de jeunes familles à la recherche de service de garde flexibles, mais qui doivent aussi composer avec la réalité vancouvéroise. Les places en garderie sont souvent difficiles à trouver pour les enfants en bas âge, et les frais y sont parmi les plus élevés au pays, juste après la grande région de Toronto. Selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives, parue récemment, les frais médians pour faire garder un jeune enfant à temps plein dans la métropole de la côte ouest s’élèvent à 1407 $.

Valeriya Tsoy, une ancienne athlète olympique, raconte que, quelques mois après la naissance de sa fille, elle a éprouvé le désir de recommencer à travailler tranquillement, mais que peu d’options s’offraient à elle pour concilier son envie de rester près de sa petite et celle de reprendre sa vie professionnelle. « J’ai commencé à chercher des endroits en ville où je pouvais travailler en compagnie de ma fille, mais je ne trouvais pas », explique-t-elle. Les espaces de travail partagés ne permettaient pas à la travailleuse autonome d’amener son enfant qui se lassait rapidement des cafés, même les plus accueillants pour les petits.

Une femme sourit devant un murValeriya Tsoy a participé aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014 en snowboard en représentant le Kazakstan. Photo : Radio-Canada / Fanny Bédard

Je me suis mise à rêver d'un endroit où je pourrais me rendre avec ma fille, accomplir du travail et avoir l’esprit en paix parce qu’elle était en sécurité et qu’on s'occupait d'elle et qu'on la divertissait.

Valeriya Tsoy, propriétaire Insideout Fam

En cherchant sur Internet, elle a découvert que des espaces semblables existaient déjà à San Francisco et à Los Angeles, notamment, et s’en est inspirée. Les locaux comptent une salle ouverte séparée par un haut mur. Les parents peuvent s’installer d’un côté pour travailler, et de l’autre, un espace de jeu est aménagé pour les enfants.

Comment ça marche?

Les parents qui utilisent les services d’Insideout Fam doivent payer un abonnement de 15 $ par mois et peuvent ensuite payer pour un nombre d’heures durant lesquels ils comptent se rendre dans l'espace de travail partagé. Le tarif horaire varie entre 10 et 15  $ de l’heure selon le nombre d'heures achetées. Les services sont offerts du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h, et les samedi et dimanche, de 9 h à 14 h.

Une salle de travail partagée. La salle de travail partagée compte une longue table et quelques bureaux séparés où les parents peuvent s'installer. Ils ont accès à Internet. Photo : Radio-Canada / Fanny Bédard

Valeriya Tsoy pense que le service offre une belle flexibilité aux parents qui viennent de plusieurs horizons : des entrepreneurs en ligne, des pigistes, des télétravailleurs, des professeurs ou encore des parents qui ont tout simplement besoin de répit. « On peut réserver n’importe quand, et annuler n’importe quand », dit-elle.

Toutefois, elle ne pense pas que ces lieux s’adressent à ceux qui travaillent à temps plein. « Ce n’est pas le but d’être ici à temps plein. Nous offrons des cours parce que nous voulons nous assurer que, lorsque les parents travaillent de leur côté, les enfants en profitent aussi », indique-t-elle. Une éducatrice donne notamment des ateliers de yoga, de danse et de musique, ou supervise le jeu des enfants.

Un bon service de dépannage

Cecilia Petrus passe de trois à quatre heures par jour à Insideout Fam avec son fils de 7 mois. Il aura une place en garderie dans quelques mois, mais d’ici là, cet arrangement lui permet de continuer de faire du télétravail pour une compagnie de Toronto. Elle travaille de chez elle tôt le matin et le soir, mais Insideout lui permet d’avoir l'esprit tranquille quelques heures par jour. « C’est parfait. Mon fils est juste de l’autre côté du mur. Je sais quand il a besoin d’être nourri ou de faire une sieste parce que je suis juste ici », dit-elle.

Une salle de jeu.La salle de jeux est séparée de l'espace de travail par un mur ouvert. Photo : Radio-Canada / Fanny Bédard

Un monde du travail qui change, des parents qui s’adaptent

Pour la professeure de l’école des sciences de l’administration spécialisée et en gestion des ressources humaines à la TELUQ, Diane-Gabrielle Tremblay, il s’agit de nouveaux services, qui seront peut-être appelés à se développer davantage, car la technologie permet maintenant de travailler partout et à n’importe quel moment.

« Il y a de la demande parce qu’il y a toutes sortes de nouvelles formes de travail, d’horaires de travail. Ça pose la question de la garde des enfants, mais il faut quand même être attentifs, surtout si ça se développe du côté du privé, et s’assurer que les soins, la qualité et l'éducation sont [bien assurés] », soutient-elle.

Colombie-Britannique et Yukon

Emploi