•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le remplacement du CTMA Vacancier inquiète le maire des Îles

Des véhicules embarquent sur le navire CTMA Vacancier

Le CTMA Vacancier assure la navette d'hiver aux Îles-de-la-Madeleine et effectue des croisières vers l'archipel durant l'été.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

La volonté du gouvernement caquiste de revoir certains contrats octroyés par le précédent gouvernement, comme celui de la construction d'un nouveau navire pour remplacer le Vacancier opéré par le Groupe CTMA, inquiète le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre.

Il a participé mardi à la première rencontre interministérielle sur l'avenir de la desserte entre Montréal et l'archipel.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, et le nouveau PDG de la Société des Traversiers du Québec, Stéphane Lafaut, ont participé à cette rencontre à laquelle participaient aussi des représentants des ministères du Tourisme et de l’Économie et l’Innovation.

L’objectif pour le maire des Îles et les représentants du Groupe CTMA était de dresser un portrait du plan présenté au précédent gouvernement en vue de construire un nouveau bateau pour cette desserte qui assure le transport de marchandises et de croisiéristes durant l'été.

Mais pour l'instant, plusieurs scénarios sont sur la table ce qui préoccupe le maire Lapierre.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine demande un fonds spécial pour lutter contre l'érosion Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire des Îles-de-la-Madeleine demande un fonds spécial pour lutter contre l'érosion

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

C’est très inquiétant parce que tout est remis en question, tout est sur la table actuellement.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Le maire ajoute par contre qu’il ne croit pas que la Société des Traversiers du Québec puisse justifier l'arrêt de la desserte pour des considérations financières.

Oui, c’est une liaison qui dessert en matière de marchandises et de cargo, mais c’est aussi une forme de sécurité et là, on fait référence à la sécurité civile, pour assurer un désenclavement de l’archipel madelinot, explique-t-il.

La prochaine rencontre de ce comité interministériel est prévue le 20 février.

D’après les informations de Martin Toulgoat

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports