•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aéroport de Québec : Alain April explique sa démission

Aéroport international Jean-Lesage en hiver

Deux administrateurs de l'Aéroport Jean-Lesage nommés par la Ville de Québec ont remis leur démission, mardi

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'envoi de mises en demeure par la direction de l'Aéroport de Québec a été la goutte qui fait déborder le vase pour l'ex-administrateur Alain April.

La direction tentait ainsi d'empêcher la diffusion d'un rapport sur les solutions pour l'arrivée de nouvelles liaisons.

« Ce n'est pas ma façon de régler des problèmes avec des mises en demeure. Je suis engagé dans la communauté, il faut que je sois intègre avec ça », a déclaré M. April, mercredi. Lui et René Rouleau, deux représentants nommés par la Ville de Québec, ont démissionné, mardi.

« Je ne partirai pas en chicane avec des personnalités d'affaires », insiste-t-il.

Du même souffle, il admet que les relations étaient difficiles avec un groupe de bénévoles chargé de trouver des solutions pour stimuler le développement des nouvelles liaisons.

« Peut-être que ça va moins bien depuis l'arrivée du comité de liaison aérienne. On avait une chance de travailler ensemble et malheureusement, on ne le fera pas. »

Alain April, le président du conseil d'administration du Carnaval de Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alain April, le président du conseil d'administration du Carnaval de Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Alain April croit qu'il appartient aux administrateurs et à la direction de l'aéroport de répondre aux questions sur la gouvernance de l'organisation.

Je vais laisser aux gens du conseil d'administration, c'est eux qui ont le pouvoir de dire si les bonnes personnes ou les pas bonnes personnes sont là.

Alain April, ex-administrateur de l'Aéroport de Québec

Il salue néanmoins la contribution du PDG Gaétan Gagné, qui termine bientôt son mandat.

« Monsieur Gagné a fait quelque chose d'extraordinaire pour l'aéroport de Québec », affirme l'homme d'affaires, en parlant des travaux de 300 millions de dollars pour la construction la nouvelle aérogare.

« Peut-être que des gens disent que c'est un éléphant blanc, qu'il est trop gros, mais on construit un aéroport, comme on l'a fait avec le Centre Vidéotron, comme on va faire le tramway, pour les 30, 40 prochaines années », ajoute M. April.

Quant au recrutement du prochain président-directeur général, l'homme d'affaires soutient que l'appel de candidatures est ouvert, mais que le ou la candidate idéale devra remplir plusieurs critères.

« Ça nous prend quelqu'un qui a de l'envergure, qui est capable de rassembler les gens et qui a des connaissances de la complexité du monde aéroportuaire. »

Avec les départs d'Alain April et René Rouleau, il ne reste qu'un représentant de la Ville de Québec au sein du conseil d'administration, soit Jean-Guy Paquet.

Joint au téléphone, mercredi, M. Paquet a dit vouloir rester en place et il déplore la situation actuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !