•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg explore la possibilité d'accueillir les Jeux de la Francophonie

La finale du 100 m aux Jeux de la francophonie d'Abidjan, remportée par Dylan Sicobo des Seychelles. Le Canadien Bismark Boateng (no 18) a gagné le bronze.

La finale du 100 m aux Jeux de la Francophonie d'Abidjan, remportée par Dylan Sicobo des Seychelles. Le Canadien Bismark Boateng (no 18) a gagné le bronze.

Photo : AFP / Issouf Sanogo

Pierre Verrière
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des conseillers municipaux de Winnipeg souhaitent que la Ville explore la possibilité d'accueillir les Jeux de la Francophonie de 2021. La capitale manitobaine se positionnerait ainsi pour remplacer le Nouveau-Brunswick, qui s'est désisté en janvier.

Le conseiller municipal Brian Mayes a affirmé dans une publication sur le réseau social Twitter que Winnipeg a fait ses preuves en organisant les Jeux du Canada en 2017.

Une résolution a été votée cette semaine pour demander à l'administration municipale de déterminer si Winnipeg a les capacités logistiques et financières pour accueillir les Jeux, avec l'appui des gouvernements provincial et fédéral.

« C'est une occasion, mais il reste des problèmes. Il reste seulement deux ans avant les Jeux de 2021. Mais, avec le succès des Jeux du Canada qui étaient des jeux bilingues, c'est une possibilité pour la ville », estime Brian Mayes, conseiller municipal de Saint-Vital.

Défis logistiques?

Le nombre de spectateurs des Jeux du Canada avait en effet dépassé les attentes des responsables de l’organisation, certains matchs ayant eu lieu à guichet fermé. La coprésidente des Jeux en 2017, Mariette Mulaire, avait d’ailleurs qualifié la manifestation sportive de « réussite sur toute la ligne ».

« Au niveau du World Trade Centre, on trouve que c'est une bonne chose parce que toutes les promotions que l'on peut avoir de notre ville et de notre province, sur le plan local, national et international, c'est bon pour l'économie », estime Mme Mulaire, PDG du World Trade Centre Winnipeg.

En entrevue à Radio-Canada, elle note en revanche qu'il y aurait certains défis logistiques pour accueillir les Jeux de la Francophonie à Winnipeg.

« Est-ce que c'est le bon véhicule pour ça? Je ne suis pas certaine. Cela va être plus difficile de chercher les commanditaires du secteur privé, comme cela l'a été par exemple pour les Jeux du Canada, qui étaient faits pour l'ensemble du Manitoba, pas seulement pour la Francophonie. »

— Une citation de  Mariette Mulaire, PDG du World Trade Centre Winnipeg

L'OIF confiante pour 2021

Le Nouveau-Brunswick devait initialement accueillir les Jeux de la francophonie, mais le premier ministre de la province, Blaine Higgs, a affirmé que les coûts en lien avec l'organisation d'une telle manifestation auraient été trop élevés.

De15 millions de dollars, le budget avait grimpé à 130 millions de dollars avant d’être révisé à la baisse à 62 millions. Le comité organisateur n’avait toutefois pas terminé le montage financier lors du dépôt de sa candidature, pour justifier ces écarts. Le premier ministre Blaine Higgs a refusé de donner plus d'argent que ce qui était prévu au départ et a préféré tirer un trait sur le projet, le 30 janvier.

La Ville de Sherbrooke, au Québec, qui était arrivée deuxième en 2016 dans le concours visant l’obtention des Jeux, se penche aussi sur la possibilité d'accueillir cette manifestation sportive internationale.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dit qu'elle a été informée de la décision du Nouveau-Brunswick de ne plus organiser les Jeux de la Francophonie 2021, à Moncton-Dieppe.

« Bien que l’OIF regrette cette décision, elle est confiante dans le fait que la tenue de cette manifestation valorisant la vitalité et la créativité de l’ensemble de la jeunesse francophone aura bel et bien lieu en 2021 », peut-on lire sur son site Internet.

L'OIF indique que les conséquences de cette décision, ainsi que les différentes options possibles, seront examinées par les États et les gouvernements membres du Conseil d’orientation du Comité international de Jeux de la Francophonie (CIJF), qui se réunira à Paris les 14 et 15 février 2019.

« Les Jeux de la Francophonie sont à la fois une excellente occasion de célébrer le fait français au pays et de réaffirmer notre engagement envers la Francophonie internationale », a indiqué pour sa part la ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, par la voix de son attaché de presse.

« Nous répondrons toujours présents lorsque vient le temps de promouvoir et de soutenir la culture francophone. Nous l’avons d’ailleurs démontré lorsque nous étions à la table, étant prêts à assumer 50 % des coûts pour les Jeux de la Francophonie au Nouveau-Brunswick. Nous étions là pour le Nouveau-Brunswick lorsqu'il a soumis leur candidature et nous serons également présents pour le Manitoba s’il décide de déposer un dossier de candidature. »

De son côté, le député fédéral de Saint-Boniface-Saint-Vital, Daniel Vandal n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet, précisant qu'il réserverait ses commentaires jusqu'à ce que la Ville de Winnipeg indique plus officiellement qu'elle pose sa candidature.

La province du Manitoba a fait savoir qu'elle « n'avait pas connaissance de telles discussions ».

Enfin, la Société de la francophonie manitobaine (SFM) dit accueillir favorablement un tel projet. « Cela serait une belle activité pour la francophonie manitobaine et la francophonie canadienne évidemment », estime le PDG de la SFM, Daniel Boucher.

« Pour nous, c'est une question de voir comment les décideurs, les partenaires principaux surtout la Ville, la province, le fédéral, comment ils vont réagir à ça. Comment ils vont arriver à voir s'il y a des possibilités. À partir de là, nous on serait de la partie pour y participer pleinement. »

— Une citation de  Daniel Boucher, PDG de la Société pour la Francophonie manitobaine (SFM)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !