•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Humboldt, une ville attachée à ses Broncos

Survivant de la tragédie du 6 avril, l'attaquant Brayden Camrud lance un bâton à un partisan après le match du 12 septembre 2018.

Survivant de la tragédie du 6 avril, l'attaquant Brayden Camrud lance un bâton à un partisan après le match du 12 septembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Charles Lalande

Humboldt, Saskatchewan : 5869 habitants, selon Statistique Canada. Assistance moyenne aux matchs des Broncos : 896 spectateurs. Nul doute, il existe une véritable symbiose entre cette franchise de la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan (SJHL) et les partisans de cette petite ville des Prairies.

Dans les rues de Humboldt, le jeune hockeyeur Reagan Poncelet est une star parce que non seulement il porte les couleurs de l'équipe locale, mais il est né à Humboldt. Dès son jeune âge, il a vite compris la valeur de l'équipe dans sa ville.

« La communauté est spéciale, unie et forte. L’équipe de hockey est vraiment le centre d’attraction. Les gens viennent aux matchs, nous soutiennent et donnent leur opinion, c’est le talk of the town  », précise le numéro huit.

Sur le banc des joueurs, Reagan Poncelet a donné une entrevue à ICI Radio-Canada.

En jouant pour les Broncos de Humboldt, Reagan Poncelet a réalisé un rêve d'enfance.

Photo : Radio-Canada

Et être un Bronco, dit-il, dépasse largement le cadre sportif. En plus du hockey et des études, les joueurs sont grandement sollicités. « Nous allons, entre autres, visiter les équipes de hockey mineur pendant leurs entraînements, nous servons des repas chauds dans les écoles et nous donnons des séances de hockey récréatives chaque dimanche soir. »

Les partisans nous donnent tellement d’amour et de soutien, alors ça nous fait plaisir de leur rendre la pareille.

Reagan Poncelet, attaquant des Broncos, originaire de Humboldt

Son coéquipier Michael Clarke, originaire de Medicine Hat, en Alberta, est pour sa part ravi d’être dans cette ville agricole. « Ce que je préfère ici, c’est la proximité entre la communauté et les joueurs. Les gens sont super gentils. Si tu as besoin de quelque chose, tout le monde est prêt à t’aider. »

Section U, rangée 8

Pour les partisans, cet amour envers l'équipe de hockey est naturel. « Je me sens tellement bien ici, c’est comme si j’étais à la maison », affirme Al Gaetz en parlant de l'aréna où ont lieu les matchs à domicile.

À bientôt 83 ans, ce détenteur de billets de saison à son siège dans la Section U, rangée 8, et ne manque aucun match.

Les Broncos sont une partie tellement importante de ma vie.

Al Gaetz, ancien membre de l'organisation des Broncos
Al Gaetz pose à l'aréna Elgar Petersen, domicile des Broncos de Humboldt.

Détenteur de billets de saison, Al Gaetz a auparavant été président, directeur général et membre du conseil d'administration des Broncos de Humboldt.

Photo : Radio-Canada / Adnan Mohamad

En 1982, il était président du comité chargé de la construction de l’aréna Elgar-Petersen, domicile des Broncos. Al Gaetz a même pris part au tout premier match joué sur cette patinoire, un match amical, où il était le capitaine de son équipe.

Bien sûr, la tragédie du 6 avril 2018 l’a ébranlé. Mais c’est avec sa communauté qu’il continue d’avancer.

C'est encore difficile de parler du 6 avril...

Al Gaetz
Photo d'équipe de la saison 1975-1976 affichée sur les murs de l'aréna.

Photo d'équipe de la saison 1975-1976. Al Gaetz est celui que l'on retrouve à l'extrême droite de la rangée du milieu.

Photo : Radio-Canada / Adnan Mohamad

« Notre communauté est très forte. Pour moi, il était important que l’équipe revienne au jeu cette saison. Les joueurs veulent être ici et ils ont choisi de mettre la tragédie derrière eux pour aller de l’avant. C’est beau à voir », dit le partisan qui a été intronisé au Temple de la renommée des sports de Humboldt en 2011.

TRAGÉDIE DES BRONCOS : UN AN PLUS TARD CONSULTEZ NOTRE DOSSIER SPÉCIAL

Une famille liée aux Broncos

Aux quatre coins de la ville, plusieurs familles transmettent leur passion pour les Broncos de génération en génération. Le clan Rath n’y fait pas exception.

Le couple de Matt et Rosella Rath a eu six enfants. À la fin des années 1990, les cinq aînés avaient quitté le nid familial, laissant Kristen, la plus jeune, seule avec ses parents. Enfin, pas tout à fait. Elle n’a pas manqué de compagnie. Pendant cinq ans, de 1998 à 2003, sa famille a accueilli des hockeyeurs des Broncos.

Un soir, lors d’un match de l’équipe, son père, Matt Rath, qui était juge de but pendant les matchs locaux, prenait un café en compagnie des autres officiels. Soudain, il a été frappé de plein fouet par une crise cardiaque. Il est mort sur place, à l’aréna.

À cette époque, Kristen n’est qu’une jeune adolescente, ni outillée ni préparée à affronter la mort subite et inattendue de son père. Encore moins préparée à soutenir sa mère. Ses deux piliers dans cette épreuve ont été les joueurs des Broncos hébergés chez elle.

Kristen Puetz, debout dans les gradins de l'aréna.

Kristen Puetz suit les activités des Broncos depuis sa tendre enfance.

Photo : Radio-Canada

« Jeremy et Mathieu nous ont vraiment aidées, ma mère et moi, à nous remettre de la mort de mon père. Ils ont amené beaucoup d’amour et de rires dans la maison. Ça nous a fait énormément de bien », se souvient Kristen Puetz. Près de deux décennies plus tard, elle communique encore avec eux régulièrement. Elle les considère comme ses propres frères.

Tous les joueurs des Broncos étaient présents aux funérailles de mon père.

Kristen Puetz
Kristen Puetz en conversation avec ses fils pendant une pratique de ceux-ci.

Kristen Puetz observe ses fils Charlie et Grayson, respectivement âgés de 4 et 6 ans.

Photo : Radio-Canada

Reagan Poncelet est un excellent ambassadeur et un modèle pour les enfants. Il permet aux enfants de rêver.

Kristen Puetz, mère de trois jeunes hockeyeurs

Aujourd'hui, c'est au tour des garçons de Kristen Puetz de prendre les joueurs des Broncos comme modèles. Une chose que comprend très bien Reagan Poncelet.

Pour lui aussi, les idoles d’enfance, c’étaient des hockeyeurs des Broncos. Maintenant, quand il regarde les petits joueurs sur la glace, qui peinent à se tenir debout sur leurs patins, il se souvient d’être aussi passé par là. « Je leur dis que ce rêve est possible. Ce n’est pas facile, il faut travailler très fort, mais ils peuvent y arriver. Si j’ai réussi, pourquoi pas eux », conclut le joueur originaire de Humboldt.

Hockey junior

Sports