•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout symbole « dicté » par une religion est un « signe d’oppression », dit la ministre Charest

Les précisions de Véronique Prince
François Messier

Moins de vingt-quatre heures après avoir été nommée ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest se retrouve au cœur d'une controverse pour s'être dite hier contre le port du hijab chez les musulmanes.

« Je vous ai dit que ça ne correspondait pas à mes valeurs. Mes valeurs sont qu’une femme devrait être libre de porter ce qu’elle veut […] Alors j’assume pleinement ce que j’ai dit hier », a-t-elle déclaré aux journalistes qui la pressaient de questions à l’Assemblée nationale.

La ministre a toutefois tempéré d’autres propos tenus hier en anglais. « Pour moi, le hijab n’est pas quelque chose que les femmes devraient porter », avait-elle dit, en assimilant la nécessité de se couvrir imposée à des femmes par des religions à de « l’oppression ».

« Pour les femmes qui doivent le porter, qui se font dicter par la religion si elles doivent porter le voile, pour moi, c’est un signe d’oppression », a-t-elle maintenu. « Maintenant, je sais qu’il y a des femmes qui choisissent de le porter. C’est leur choix et je le respecte pleinement.

Pour moi, la liberté de choix, c’est primordial. Alors si elles choisissent de porter le voile, je respecte pleinement leur choix.

Isabelle Charest, ministre de la Condition féminine

Invitée à dire si cela pouvait aussi s’appliquer à d’autres symboles religieux, comme la kippa – la calotte juive – la ministre Charest ne s'est pas défilée.

« Quand on dicte le port d’un vêtement, ou de quelque chose, pour moi, ce n’est pas une liberté de choix. Quand on n’a pas la liberté de choix, pour moi, c’est un signe d’oppression », a-t-elle fait valoir.

Lorsqu’on est obligé, quand notre religion nous dicte ce qu’on doit porter ou ne pas porter, pour moi c’est un signe d'oppression.

Isabelle Charest, ministre de la Condition féminine

La position exprimée par Mme Charest sur la liberté de choix survient au moment où le gouvernement Legault s'apprête à interdire le port de signes religieux aux employés de l'État en position d'autorité (juges, policiers, gardiens de prison) et aux enseignants.

La ministre de la Condition féminine dit croire que le projet de loi que son collègue Simon Jolin-Barrette doit déposer d'une semaine à l'autre à l'Assemblée nationale va permettre de clore le débat sur cette question.

« Je ne commencerai pas à empêcher mes ministres d’exprimer des opinions personnelles », a déclaré le premier ministre François Legault quand on lui a demandé s'il endossait les propos tenus hier par sa ministre. Quand on lui a demandé si le hijab constituait un signe d'oppression, il a répondu : « je pense qu’il faut voir selon chaque personne ».

Des propos maladroits, dénoncent des partis d'opposition

Avant que Mme Charest ne précise sa pensée, plusieurs députés de l'opposition ont dénoncé ses propos tenus la veille.

Si le chef libéral intérimaire Pierre Arcand est demeuré circonspect, en soulignant que le débat sur le port de signes religieux devrait se faire dans la sérénité, plusieurs de ses collègues se sont montrés plus incisifs envers la nouvelle ministre de la Condition féminine.

« Dans certains cas, [le hijab] peut être un symbole d’oppression. [...] Mais celles qui ont fait le choix de le porter, on doit leur laisser cette liberté de choix, qui est ancrée dans notre Constitution », a par exemple affirmé Marwah Rizqy, en plaidant que le Parti libéral compte « défendre toutes les femmes ».

Aujourd’hui, je me demande si elle est aussi la ministre responsable pour ces femmes musulmanes voilées qui, elles, ont fait le choix. Ces femmes-là peuvent se demander : “est-ce que j’ai une ministre qui travaille pour moi?”

Marwah Rizqy, députée libérale de Saint-Laurent

« C'est très maladroit de venir porter un jugement » sur le port du hijab, a plaidé sa collègue Kathleen Weil. « Ce que je sais des conversations que j’ai eues avec des femmes qui portent le hijab, c’est leur choix. Il y a des maris qui disent parfois : “j’aurais peut-être voulu qu'en arrivant au Québec, elle ne le porte pas, mais c’est son choix”. »

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, n'a pas critiqué directement les propos de Mme Charest. Il s'est contenté de dire qu'il y a, à son avis « deux catégories » de femmes voilées à distinguer. « Il y a des personnes qui manifestement sont contraintes; il y a des pressions sociales, des pressions religieuses. Et il y a aussi des personnes pour qui c’est un choix totalement assumé. Alors je fais une distinction entre les deux », a-t-il dit.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois a aussi qualifié de « maladroits » les propos de Mme Charest. « Je pense qu’on s’attend d’une ministre de la Condition féminine, quand elle entre en poste, qu’elle cherche à créer des consensus, qu’elle cherche à rassembler », a-t-il commenté.

Le dossier du port de signes religieux, c’est un enjeu qui divise, et qui divise aussi à l’intérieur du mouvement féministe. [...] Donc, d’arriver en poste et d’avoir des propos aussi divisifs sur une question aussi sensible, on a trouvé ça très maladroit.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

La réaction de la Fédération des femmes du Québec donne raison à M. Nadeau-Dubois. Contactée par Radio-Canada, l'organisation a fait savoir qu'elle ne souhaite pas réagir aux propos de la ministre, en raison d'une consultation qu'elle doit tenir sur la question du voile à la fin du mois.

Le Conseil du statut de la femme n'a pas souhaité commenter la nouvelle non plus.

Le voile, symbole d'oppression? Débat entre Leila Bensalem et Dalila Awada à l'émission 24/60.

« Des propos inquiétants »

Comme les libéraux, les péquistes et les solidaires, Amel Zaazaa, de la Fondation Paroles de femmes, n'a pas été impressionnée par la ministre Charest. « Ses propos sont vraiment inquiétants et problématiques. On est en droit de lui rappeler que le principe même de laïcité implique que les membres du gouvernement doivent s’abstenir d’interpréter les symboles religieux et qu’ils se doivent d’être neutres », a-t-elle lancé sur les ondes de ICI RDI.

C’est irresponsable! Au mieux, c’est de l’amateurisme; au pire, c’est une instrumentalisation des femmes voilées pour détourner le regard des gens des vrais enjeux.

Amel Zaazaa, de la Fondation Paroles de femmes

« On comprend que ce projet de loi n’est pas un débat sur la laïcité, mais qu’il va plutôt viser spécifiquement les femmes voilées et que ça va être une chasse aux sorcières », a poursuivi Mme Zaazaa. Selon la représentante de Paroles de femmes, qui crée et soutient des espaces de parole et d'action pour les femmes racisées, les déclarations de la ministre contribuent à un climat « très tendu, très toxique, notamment pour les femmes musulmanes ».

Politique provinciale

Politique