•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SODEC veut s'ouvrir davantage au numérique et décloisonner ses programmes

Louise Lantagne

« On va soutenir les entreprises, aussi, avec des agents numériques qui vont aller en entreprise », a déclaré Louise Lantagne, présidente et chef de la direction de la SODEC.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) veut s'ouvrir davantage au numérique et décloisonner certains de ses programmes, qu'elle juge trop restrictifs.

La présidente et chef de la direction de la SODEC, Louise Lantagne, a annoncé un certain recentrage de ses programmes, mardi, devant 350 convives du Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

« On a des programmes fortement normés. On en a plusieurs qui nuisent, un moment donné, à notre agilité. On veut les retravailler, les décloisonner, mais, aussi, s'ouvrir au financement du monde numérique, qui ne faisait pas partie des clientèles identifiées dans la loi, à l'origine, sur la SODEC », a expliqué Mme Lantagne.

La créativité culturelle au Québec est là, le fondement est solide, a-t-elle plaidé, mais il faut mieux la financer pour la soutenir, voire l'exporter.

« On va soutenir les entreprises avec des agents numériques qui vont aller en entreprise. Il faut que les compagnies se mettent à codifier leur contenu pour être sûres d'apparaître dans le monde du web. Quand vous googlez un sujet et que votre contenu n'est pas codifié, vous n'apparaissez pas sur la première page, vous apparaissez à la page 25 et personne ne se rend à la page 25 », a-t-elle illustré.

Invitée à donner un exemple du monde numérique auquel elle voudrait ouvrir la SODEC, elle a cité le cas de la réalité virtuelle, qui pourrait faire l'objet d'un projet pilote d'abord.

« Il y a les activités numériques de promotion, de diffusion des entreprises qui doivent être soutenues davantage », a-t-elle noté.

Dans son allocution, bien qu'elle parlait du « chaos » actuel dans lequel évoluent les entreprises culturelles dans le monde numérique, elle a offert un message empreint d'espoir. « Nous, on a de vraies fondations. Nos contenus culturels sont très forts. On n'a pas besoin d'aller acheter des talents étrangers, nous, on en a dans notre base. »

Mais ce talent et ces entreprises doivent plus que jamais être épaulés face aux « géants qui arrivent à coups de milliards de dollars », a-t-elle noté. Ce talent, « il faut savoir le gérer, le monétiser, le conserver ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Culture

Arts