•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nipissing Ouest revisitera sa politique sur le bilinguisme

 Une affiche où est écrit English Français, avec l'icône d'un homme devant un bureau.

La nouvelle politique de bilinguisme proposée met l'accent sur l'offre active de services dans la langue de préférence du client.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les élus de Nipissing Ouest ont convenu mardi soir de revoir une politique qui traite de l'engagement de la Ville à promouvoir le caractère bilingue de la municipalité. Un comité ad hoc a été mis sur pied pour jeter les bases d'un nouvel arrêté municipal inspiré par une proposition déposée par la mairesse, Joanne Savage.

L’initiative de Mme Savage fait suite à la présentation d’un citoyen au printemps dernier qui réclamait une refonte de la politique sur l’offre de services bilingues à la municipalité qui date de 2002. La mairesse estime proposer l’ébauche d’une nouvelle politique qui irait plus loin en matière de promotion et d’offre active de services dans les deux langues.

La volonté du document était d’avoir un arrêté qui était inclusif au niveau de la francophonie et de l’anglais.

Joanne Savage, mairesse de Nipissing Ouest

Joanne Savage espère que l’arrêté permette notamment d’encadrer la prestation des services bilingues obligatoires par la municipalité. Autres objectifs : que les employés municipaux « puissent se sentir confortables dans leur milieu de travail » qu’ils soient francophones ou anglophones, ajoute-t-elle, et que le public puisse savoir à quoi s’attendre en matière de documentation en français.

L’ébauche du règlement modifié stipule par exemple que tous les procès verbaux des réunions du conseil devraient être publiés dans les deux langues officielles. Et qu’un drapeau franco-ontarien « doit être arboré sur tous les édifices municipaux », peut-on lire dans le règlement proposé. Le directeur général de la municipalité a tenu à souligner que la mise en oeuvre d’une telle politique entraînerait des coûts « d’au moins 60 000 $ », selon les premières estimations de Jean-Pierre Barbeau.

Vêtu d'un veston gris, le conseiller Christopher Fisher prend la parole lors d'une réunion du conseil municipal de Nipissing Ouest. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller Christopher Fisher souhaite revoir avec attention la nouvelle politique de bilinguisme avant de prendre position.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Le conseiller anglophone Christopher Fisher a accepté de se joindre au comité d’étude, car il souhaite analyser la proposition ligne par ligne pour en comprendre toutes les implications légales et financières.

Je veux m’assurer que tout soit bien formulé pour éviter des conséquences inattendues. Il ne faut pas non plus que cela engendre des dépenses importantes si ce n’est pas nécessaire.

Christopher Fisher, conseiller municipal de Nipissing Ouest

Membres du comité ad hoc sur la révision de la politique de bilinguisme de la municipalité de Nipissing Ouest :

  • Joanne Savage, mairesse
  • Jeremy Séguin, conseiller
  • Dan Roveda, conseiller
  • Christopher Fisher, conseiller
  • Jean-Pierre Barbeau, directeur général
  • Stephan Poulin, directeur du développement économique et des services communautaires

Le conseiller Fisher a aussi exprimé une inquiétude relativement à une éventuelle obligation de traduire toutes documentations et enseignes municipales. Il soutient que la proposition, telle qu’écrite actuellement, laisse croire qu’il faudrait traduire tout ce qui a déjà été produit par la municipalité. La mairesse affirme plutôt que la politique du bilinguisme visera toute nouvelle publication et qu’il faudrait ainsi le clarifier dans l’arrêté proposé.

Le comité ad hoc vise présenter une version renouvelée de la politique sur le caractère bilingue de la municipalité d’ici la fin mars pour qu’elle soit soumise à un vote au conseil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Affaires municipales