•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Venezuela : des militaires bloquent un pont à la frontière colombienne

Des migrants vénézuéliens attendent près du pont international Tienditas, à la périphérie de Cucuta, en Colombie, à la frontière avec le Venezuela, le mardi 5 février 2019.

Une aide humanitaire internationale attend d’être acheminée vers le Venezuela en proie à une crise politique et économique, aggravée par une importante pénurie de vivres et de médicaments.

Photo : Associated Press / Fernando Vergara

Radio-Canada

Des militaires vénézuéliens ont bloqué mardi soir le pont Tienditas, principal lieu de passage vers la localité de Cucuta, en Colombie, alors qu'une aide humanitaire internationale doit être acheminée vers le Venezuela, a indiqué un député de l'opposition.

« Des effectifs de l'armée ont bloqué le passage » dans l'après-midi, a affirmé Franklin Duarte, député de l’opposition de l'État frontalier de Tachira. L'accès a été bloqué par un camion-citerne et un grand conteneur, a constaté une équipe de l'AFP sur place.

M. Duarte explique que le passage sur le pont a été coupé après un incident confus survenu dans la localité d'Urena, au Venezuela, lors de l'arrivée de militaires venus à bord de véhicules blindés surveiller la frontière.

D'après le député, trois personnes auraient été blessées lorsque l'un des blindés a renversé des motocyclistes.

Le président autoproclamé Juan Guaido exige des militaires qu'ils laissent entrer l'aide humanitaire au Venezuela. Il soupçonne l'armée, qui soutient le président Maduro, de vouloir « voler » les lots d'aide pour les redistribuer au nom du gouvernement.

Le pont de Tienditas devait être l'une des voies choisies pour permettre à l'aide humanitaire d'être acheminée au pays, mais le député Duarte n'a pas confirmé cette information.

Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, répond aux questions des journalistes à Caracas.

Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, répond aux questions des journalistes à Caracas.

Photo : AFP/Getty Images / YURI CORTEZ

L'opposant Juan Guaido, reconnu comme président légitime par une quarantaine de pays, tente d'organiser l'arrivée au Venezuela d'une aide humanitaire internationale, dans un véritable bras de fer contre le président Nicolas Maduro.

L’opposition, qui contrôle le Parlement, n’en démord pas. Elle a approuvé mardi un plan stratégique pour la distribution de vivres et de médicaments depuis la Colombie et le Brésil.

La Croix-Rouge vénézuélienne se dit prête à distribuer de l'aide humanitaire, mais une fois qu'elle sera au Venezuela.

Le Canada a annoncé lundi une aide de 53 millions de dollars destinée au peuple vénézuélien, qui s’ajoute aux 20 millions annoncés par les Américains. L'Union européenne de son côté a débloqué l’équivalent de 7,5 millions de dollars.

Intransigeant, le président Maduro s'oppose pour sa part à cette entreprise d'aide humanitaire, qu'il considère comme un « prétexte » pour justifier une éventuelle intervention armée étrangère.

« Ici, au Venezuela, personne ne va entrer, pas un soldat envahisseur », a-t-il déclaré mardi.

« Le Venezuela n'a pas besoin de demander l'aumône, a-t-il ajouté. S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin au blocus et aux sanctions » qui frappent le Venezuela.

Avec les informations de Agence France-Presse

Politique internationale

International