•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un client de QuadrigaCX lance un avertissement aux investisseurs de cryptomonnaie

Une gros plan sur des pièces de monnaie dorées arborant le symbole de Bitcoin.
QuadrigaCX, un marché canadien de cryptomonnaies, n'arrive plus à accéder aux 250 millions de dollars appartenant à ses clients. Photo: iStock / skodonnell
Eva Uguen-Csenge

Un homme qui craint d'avoir perdu 50 000 $ dans l'affaire de QuadrigaCX espère que son exemple servira de mise en garde aux investisseurs s'intéressant à la cryptomonnaie.

QuadrigaCX, un marché de cryptomonnaies canadien, n'arrive plus à accéder aux 250 millions de dollars appartenant à ses clients en raison de la mort de son fondateur, qui détenait le seul mot de passe existant pour récupérer l'argent.

« J’avais déjà des doutes sur QuadrigaCX en décembre, mais je n’ai jamais pensé que [cette situation] pourrait arriver », dit le client, qui veut rester anonyme.

Le jeune homme, que nous allons appeler Marc, raconte que ses deux soeurs et lui ont investi plus de 100 000 $ dans le marché de la cryptomonnaie.

Les investisseurs ont commencé à avoir des doutes au sujet de QuadrigaCX à la suite d'une longue correspondance par courriel où l’entreprise affirmait ne pas avoir reçu l’argent.

Marc et ses soeurs ont fini par pouvoir retirer la plupart des fonds, mais ils craignent que 50 000 $ en cryptomonnaie toujours investis ne soient perdus à jamais à la suite de la mort de Gerald W. Cotten, fondateur et ex-PDG de QuadrigaCX.

« J’ai lancé ma propre entreprise en juin. Donc, je n’ai pas de revenu stable pour l’instant, dit Marc. Je comptais sur ces 50 000 $ pour les coûts de démarrage. »

Il n’est pas le seul dans cette situation. QuadrigaCX doit près de 250 millions de dollars à environ 115 000 clients en cryptomonnaie et en monnaie fiduciaire.

Manque de réglementation

Chris Rowell, chercheur à l’École de commerce Sauder, de l’Université de la Colombie-Britannique, pense que la situation de QuadrigaCX est en partie la conséquence d’une industrie émergente.

« Comme l’industrie est très jeune, nous n’avons pas vraiment de normes claires et de bonnes pratiques pour réguler ces marchés, explique-t-il. Les consommateurs ne sont peut-être pas aussi informés qu’ils devraient l’être et ne posent pas les bonnes questions. »

Après sa mésaventure, Marc dit avoir appris à la dure une leçon importante.

« Je ne vais plus me fier aux marchés de cryptomonnaie, dit-il. Si un aspect d’une entreprise me semble suspect, l’entreprise entière est probablement suspecte. »

Cryptomonnaies

Économie