•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de fonctionnaires des T.N.-O. pourraient débrayer dès la semaine prochaine

Des gens habillés chaudement en hiver sur un trottoir dehors avec des pancartes.

Les membres du syndicat des employés du Nord, affilié à l'Alliance de la Fonction publique du Canada, se préparent pour une grève depuis plusieurs mois en s'entraînant à faire du piquetage.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les fonctionnaires du gouvernement ténois ont lancé, mardi, un avis de grève valide à compter du lundi 11 février, à minuit, si aucune entente n'est conclue d'ici là.

Le syndicat Union of Northern Workers représente les 4000 employés du gouvernement territorial, qui sont sans convention collective depuis trois ans.

La revendication principale concerne la hausse salariale de 3 % annuellement pendant trois ans, demandée par le syndicat. La dernière offre du gouvernement territorial ne comporte pas de hausse pendant les deux premières années d’un contrat de cinq ans (rétroactif à 2016), mais des hausses de 1,4 % en 2018 et en 2019 ainsi qu'une hausse de 1,7 % en 2020.

L’autre demande concerne le recours par le territoire à des employés de relève.

Des gens debouts sur la mezzanine d'une salle dont on voit le premier plancher avec des gens derrière des bureaux avec des micros.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le syndicat représentant les employés du gouvernement territorial a fait parvenir son avis de grève le jour même de la reprise des travaux des députés. Certains représentants du syndicat ont été aperçus dans la galerie de l'assemblée législative.

Photo : Radio-Canada / Randall McKenzie

Le syndicat s’apprête, dit son président Todd Parsons, à soumettre une nouvelle offre de résolution qui représente un « dernier recours ».

Les deux parties doivent se rencontrer vendredi et samedi en compagnie d’un médiateur.

« Personne ne veut d'une grève, ce n'est pas ce que les gens des Territoires du Nord-Ouest veulent, particulièrement pas les employés. »

— Une citation de  Robert C. McLeod, ministre des Finances des T.N.-O.

Le territoire affirme avoir été juste dans ses négociations avec le syndicat. « Cela reste à voir , affirme le ministre des Finances, Robert C. McLeod. Nous saurons mieux dans quelle position nous nous trouvons après la séance de médiation de ce week-end. »

Le gouvernement a tout de même fait parvenir une note à tous les employés leur demandant de laisser sur leur bureau tous les ordinateurs, téléphones portables et cartes de crédit appartenant à l'employeur à la fin de leur dernier quart de travail précédant l'heure limite.

Si la grève est déclenchée, certains employés dont les postes ont été déclarés essentiels devront toutefois continuer leur travail. Todd Parsons n'a pu indiquer aux journalistes combien d'employés étaient affectés par cette mesure, soulignant qu'il s'agit d'une minorité de fonctionnaires.

Le syndicat a obtenu de 70 % de ses membres un mandat de grève il y a près d’un an.

Négociations simultanées

L'Union of Northern Workers est également en négociation de contrats pour les employés de la société d’énergie du territoire ainsi que ceux des Services de santé et services sociaux de Hay River.

Avec les informations de CBC/Walter Strong

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !