•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première réunion infructueuse entre Blaine Higgs et Justin Trudeau

Blaine Higgs, à gauche, et Justin Trudeau, à droite, devant un rideau gris et deux drapeaux, l'un du Canada et l'autre du Nouveau-Brunswick.

Le premier tête-à-tête entre Justin Trudeau et Blaine Higgs

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

Jean-Philippe Hughes

Les désaccords ont monopolisé le premier tête-à-tête entre les premiers ministres du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, et du Canada, Justin Trudeau, mardi après-midi. La taxe carbone que souhaite implanter le fédéral a occupé la plus grande portion de la discussion. Les deux hommes ont soigneusement évité d'aborder l'annulation des Jeux de la Francophonie de Moncton-Dieppe.

Justin Trudeau et Blaine Higgs ont sauvé les apparences devant les caméras, mais derrière les portes closes, les dossiers prioritaires du Nouveau-Brunswick stagnent.

Il y aura toujours des différences d’opinions sur certaines choses, a poliment indiqué Justin Trudeau au moment de la poignée de main officielle avec Blaine Higgs.

Les opinions varient parfois et nous devons travailler sur les détails, a dit M. Higgs devant les projecteurs.

Mais le sujet principal de cette réunion, la taxe carbone, continue de diviser les deux élus. Blaine Higgs avait martelé tout au long de la campagne électorale qu’il s’y opposerait.

J’étais vraiment déçu de la position au sujet de la taxe carbone, le Nouveau-Brunswick est injustement désavantagé.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le premier ministre Higgs considère les normes environnementales comme plus élevées dans sa province qu’ailleurs au pays. Il estime injuste de voir le Nouveau-Brunswick subir une taxe équivalente à celle d'autres provinces.

Nous sommes désavantagés au Nouveau-Brunswick, et je pense que M. LeBlanc ne devrait pas trouver ça acceptable en tant que ministre représentant du Nouveau-Brunswick, dit M. Higgs.

Le Nouveau-Brunswick et le gouvernement fédéral peuvent encore s'entendre au sujet de la taxe carbone, selon le ministre Dominic LeBlanc, qui a assisté à la réunion de MM. Higgs et Trudeau.

Il y a une révision annuelle, et on a expliqué à M. Higgs que s’il est sérieux à vouloir élaborer un plan qu’il croit être dans l’intérêt économique du Nouveau-Brunswick, on devrait le faire ensemble très vite. Dans les prochaines semaines, on pourra facilement arriver à une entente comme on l’a fait avec la Nouvelle-Écosse, comme on l’a fait avec l’Île-du-Prince-Édouard, comme nous avons fait avec Terre-Neuve-et-Labrador. Et on pourra avoir un plan en place pour le 1er janvier 2020 avec plaisir, explique Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales.

Relation tendue

La relation que Blaine Higgs a qualifiée d’unique avec le ministre Dominic LeBlanc est symptomatique de l’écart idéologique entre les deux gouvernements.

Il n’y a vraiment pas eu de discussion au sujet des Jeux de la Francophonie.

Blaine, Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

L’annulation des Jeux de la Francophonie de Moncton-Dieppe n’est que le dernier chapitre de la relation tendue entre les deux Néo-Brunswickois. Dominic LeBlanc a déploré à plus d’une reprise les actions unilatérales du gouvernement Higgs dans des dossiers financés en partie par Ottawa.

Il n’y a pas de doute qu’on est foncièrement en désaccord avec des décisions que M. Higgs a [prise] quant à l’annulation de projets d’infrastructure à coûts partagés avec le gouvernement fédéral, surtout les projets qui étaient déjà en cours, où l’argent avait déjà été dépensé où les [entrepreneurs] avaient déjà pris des engagements sur un plan, par exemple, de plusieurs centaines de millions de dollars, explique Dominic LeBlanc.

Les deux premiers ministres ont toutefois convenu de se concentrer sur des sujets sur lesquels ils peuvent s’entendre, ajoute Dominic LeBlanc. Parce qu’on n’est pas en accord sur tous les dossiers, ça ne veut pas dire qu’on ne devrait pas travailler sur d’autres questions où nous sommes parfaitement en accord, dit-il.

À gauche, Blaine Higgs, et à droite, Dominic LeBlanc.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, et le ministre des affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, sont à couteaux tirés depuis une semaine.

Photo : Radio-Canada

Nous ne sommes pas d’accord sur le besoin d’augmenter les taxes et je ne suis pas d’accord qu’en construisant des routes, la vie sera meilleure, a résumé Blaine Higgs.

D’autres sujets ont été abordés pendant l’entretien entre Justin Trudeau et Blaine Higgs. Il a notamment été question de la gestion des stocks de saumons dans la baie de Fundy et dans la rivière Miramichi.

Nous avons eu des terrains d’entente, s’est défendu le premier ministre du Nouveau-Brunswick, lorsque questionné sur l’impact de cette première réunion pour la province.

Blaine Higgs évoque les défis associés au secteur de la santé et au vieillissement de la population comme pistes de discussions porteuses.

M. Higgs n’a pas précisé quand se tiendra un autre possible tête-à-tête avec son homologue fédéral.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale