•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Rimouski augmente de 70 % la subvention à Spect’Art

La salle Desjardins-Telus à Rimouski (Archives).
La salle Desjardins-Telus à Rimouski (Archives). Photo: Radio-Canada / Isabelle Lévesque
Édith Drouin

Le conseil municipal de Rimouski a voté lundi soir en faveur d'une augmentation de la subvention à l'organisme Spect'Art de 92 000 $ à 155 000 $. Cette décision s'est faite sans que la ville n'ait adopté sa nouvelle politique sur l'attribution des subventions.

L’organisme qui s'occupe de la diffusion de spectacles à Rimouski a connu des difficultés financières au cours de l’année 2017-2018.

Spect’Art a enregistré un déficit de 94 336 $ pendant l'année financière qui commençait 1er juillet 2017 et se terminait le 30 juin 2018.

Les revenus de la billetterie ont chuté de 17 % au cours de l'année.

Le directeur général et artistique de Spect’Art Rimouski, Jacques Pineau, explique ces difficultés par une programmation moins « garnie ».

Dans l’industrie maintenant, c’est vraiment des cycles. Il y a des bonnes années où tout le monde sort un album […] où toute l’offre est vraiment de fine pointe, tandis que l’an passé on a eu un peu plus de misère par rapport à ça.

Jacques Pineau, directeur général et artistique de Spect’Art Rimouski

Spect'Art a pu absorber le déficit avec ses petites réserves et son surplus non affecté, mais a demandé plus de financement à la Ville pour assurer son fonctionnement dans l'avenir.

Le financement servira notamment de capital de risque pour les dépenses extraordinaires, qui sont assez communes pour une salle de spectacle, selon Jacques Pineau.

Le directeur général et artistique soutient que l’organisme a fait des miracles avec la petite subvention qu’elle reçoit depuis 14 ans.

Il précise toutefois que l’année 2018-2019 va bon train.

Bientôt une politique d’attribution des subventions

Le maire Marc Parent n’a pas voulu indiquer si la hausse de la subvention de Spect’Art était en phase avec la future politique d’attribution des subventions de la Ville.

Il a affirmé que les temps étaient difficiles pour les salles de spectacle au Québec et que Spect'Art était bien géré.

Deux directeurs de la Ville et deux conseillers municipaux sont d'ailleurs sur son conseil d’administration.

Pour ce qui est de Spect’Art, ils nous ont présenté leurs états financiers, il y avait des baisses de revenus et le conseil municipal a évalué qu’il était nécessaire de contribuer davantage.

Marc Parent, maire de Rimouski

Il y a environ un an, la ville a coupé massivement les subventions d’organismes communautaires en santé.

Cette décision avait fait controverse et la ville s’était engagée à mettre en place une politique d’attribution des subventions en 2019.

Le conseil municipal a toutefois attribué des subventions entre temps, dont un achat de visibilité de 10 000 $ à un gala de boxe.

Le maire indique que la politique sera présentée pendant une assemblée du conseil à la fin février ou au début mars.

De son côté, le directeur général de la Fondation Maison Marie-Élizabeth, François Gamache, déplore que son organisation n’ait pas été consultée pour l’élaboration de la nouvelle politique.

La Ville a réduit le financement de son organisme de 40 000 $ à 25 000 $ l’an dernier.

François Gamache ne comprend pas pourquoi des subventions sont attribuées sans qu’une politique n'ait été adoptée.

Je suis bien content pour Spect’Art, mais c’est quand même particulier. Ils en augmentent certains et en baissent d’autres, j’aimerais voir leur politique, comment ils prennent leurs décisions.

François Gamache, directeur général de la Fondation Maison Marie-Élizabeth

Le directeur général affirme qu’il ignore pour l'instant quel montant sera versé par la Ville à son organisation en 2019.

La Fondation a de nouveau demandé un financement de 40 000 $, soit de moins d’un dollar par habitant sur le territoire de la ville de Rimouski.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale