•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stages rémunérés: trois jours de grève à la Faculté des lettres de l'UdeS

Un moins de 10 % des membres de l'AGEFLESH ont participé à l'assemblée de grève.
Moins de 10 % des membres de l'AGEFLESH ont participé à l'assemblée de grève. Photo: Radio-Canada

Les étudiants de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l'Université de Sherbrooke ont voté en faveur d'un mandat de grève de trois jours dans l'espoir d'obtenir gain de cause dans le dossier de la rémunération des stages.

Les 2000 étudiants de l'Association générale étudiante de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH) n'iront donc pas à leurs cours les 8 et 20 février, ainsi que le 8 mars.

Les quelque 200 étudiants présents à l'assemblée ont voté dans une proportion de 52,4 % en faveur de ce moyen de pression.

On dénonce l'injustice liée aux stages. On sait que dans les domaines à prédominance féminine, les stages ne sont pas rémunérés ou très peu d’entre eux le sont. On veut une reconnaissance du travail étudiant et ça pourrait passer par la rémunération de tous les stages, a expliqué la responsable à la coordination de l'AGEFLESH, Érika Faucher.

En votant en faveur de cette proposition, l'association étudiante s'est aussi engagée à tenir une semaine de grève à la condition que 20 000 étudiants de trois régions du Québec votent aussi en faveur d'une telle mesure.

Il y a environ 300 000 stages étudiants par année au Canada, dont 55 000 au Québec.

La possibilité de tenir une grève générale illimitée a aussi été avancée lors de l'assemblée, mais la proposition a été rejetée.

En novembre dernier, les membres de l'AGEFLESH avaient aussi voté pour des jours de grève pour défendre le même enjeu.

Estrie

Éducation