•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAC met tout en oeuvre pour aider les étudiants atteints de TDAH

Gros plan sur les mains d'une étudiante qui écrit sur un portable.
Plusieurs mesures ont été mises en place par l'UQAC pour aider les étudiants atteints d'un TDAH. Photo: Radio-Canada
Jessica Blackburn

À l'Université du Québec à Chicoutimi, plus de 250 étudiants doivent jongler avec un trouble de déficit d'attention avec hyperactivité.

Pour les aider dans leur réussite, un centre de soutien a été mis sur pied afin de les encadrer pour qu'ils ne soient pas pénalisés durant leur parcours scolaire.

C'est notre éducatrice spécialisée qui va les aider avec la planification, la gestion du temps... On a aussi la réalisation d'un travail long. Qu'est-ce que ça prend, le standard universitaire ? On a aussi la gestion du stress. C'est des étudiants qui savent que les défis sont importants donc, ils vont avoir du soutient à ce niveau-là, explique la responsable du soutien Ève Simard.

Des étudiants circulent devant l'UQAC.Un pavillon de l'Université du Québec à Chicoutimi Photo : Radio-Canada

Les étudiants qui présentent un avis médical d'un diagnostic de TDAH auront aussi accès à plus de temps pour faire leur examen et à un preneur de notes durant la session.

L'objectif est de rétablir l'équité entre tous les étudiants.

Habituellement, la réussite est bonne. Les mesures qu'on offre ça ne garantit pas la réussite des étudiants, c'est vraiment pour le permettre de rétablir l'équité, d'ajuster au niveau de l'égalité des chances, ajoute Ève Simard.

Le TDAH au travail

Les employeurs doivent aussi s'adapter à cette nouvelle réalité.

Au travail, je vous dirais que de plus en plus, on a des demandes des employeurs. Il y a même des employeurs qui ont payé des ateliers de coaching à leurs employés pour qui puissent s'organiser un peu plus parce que c'est le problème d'organisation de planification. Tout ce qui était là quand ils étaient petits, ça reste là aussi quand ils sont adultes, souligne Linda Tessier, directrice générale de l’Association Panda.

Selon les données de l'Association québécoise des neuropsychologues, la moitié des enfants atteints de TDAH vont voir leur trouble persister à l'âge adulte.

Toutefois, les symptômes ont tendance à changer.

À notre antenne :

  • Entrevue avec la doyenne des études et professeure en adaptation scolaire à l'UQAC, Manon Doucet, à Style libre

Saguenay–Lac-St-Jean

Enseignement universitaire