•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jérôme Landry veut faire le point sur la traverse Matane–Côte-Nord

Bateau fermé

Le débarcadère de Matane est demeuré inoccupé durant tout le temps des fêtes

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le maire de Matane Jérôme Landry joint sa voix aux élus de la région pour demander une rencontre avec le ministre des Transports, François Bonnardel, sur la gestion du service de traversier entre Matane et la Côte-Nord.

Comme l’ont invité le député de Matane–Matapédia, Pascal Bérubé, et celui de René-Lévesque, Martin Ouellet, Jérôme Landry espère que cette rencontre se déroulera le plus rapidement possible et se dit prêt à se rendre à Québec si le ministre des Transports ne peut pas se déplacer dans la région.

Plusieurs éléments seront à discuter, selon le maire, lors de cette rencontre entre les élus de la région et François Bonnardel, si elle a lieu parce qu’on sait, dit-il, que la décision va être difficile pendant encore plusieurs mois.

Jérôme Landry souhaiterait que soient abordées les compensations financières promises par la STQ aux usagers réguliers, pénalisés par les annulations et perturbations de la desserte maritime, notamment.

Ce serait adéquat de voir comment on peut [dédommager] ces entreprises, souligne Jérôme Landry. Pour nous, c’est un lien économique [NDLR Le traversier]. Les entreprises ont développé leur plan d’affaires, [elles] ont soumissionné sur des contrats sur la Côte-Nord avec une estimation des coûts de transports, entre autres. Et de voir cette situation qui fait exploser les coûts, ça met en péril des services, des entreprises sur la Côte-Nord et sur la côte sud.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, dans son bureauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Matane, Jérôme Landry, dans son bureau

Photo : Radio-Canada / Claude Côté

Le maire de Matane se dit aussi préoccupé pour la prochaine saison touristique. Le F.-A.-Gauthier avait permis à la Ville de positionner la région auprès des vacanciers. On l’a vu, l’achalandage a augmenté beaucoup. Il y avait aussi des excursions. Il faut trouver un moyen d’offrir un service de qualité durant la saison estivale , fait-il valoir.

Il souhaite donc que la Société des traversiers prenne le temps nécessaire pour bien choisir le bateau de relève qu’elle prévoit ajouter à sa flotte.

Les difficultés à remplacer adéquatement le F.-A.-Gauthier sont aussi un souci pour le maire Landry, qui comprend que la STQ a dû agir dans l’urgence au cours des dernières semaines.

Il souligne que les conditions maritimes dans l’estuaire du Saint-Laurent à l’embouchure de la rivière Matane sont extrêmement difficiles. Il faut avoir des bateaux exceptionnels pour travailler dans ces conditions, croit-il, et on le voit avec toutes les tentatives qu’on connait maintenant. Ce n’est vraiment pas avec un bateau de second ordre qu’on peut réussir à faire un travail adéquat.

Bateau amarré en hiver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le navire Apollo quittera Terre-neuve pour venir assurer le service de traverse entre Matane et la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

Le maire Landry se pose par ailleurs une série de questions sur l’origine des problèmes du F.-A.-Gauthier. Les derniers événements, relève-t-il, soulèvent des doutes sur la qualité et les capacités du navire. Est-ce que c’est les plans et devis? Est-ce que ce sont les ingénieurs, les architectes en construction navale au Québec qui ont fait des erreurs, qui ont mal dessiné ce bateau? Est-ce qu’il était vraiment conçu pour travailler dans les glaces?

Il s’interroge particulièrement sur le processus d’appels d’offres qui a mené au choix du chantier italien Fincantieri.

Comment peut-on réussir, pour un bateau qui est aussi important, aussi stratégique, à aller dans un appel d’offres et choisir le plus bas soumissionnaire?

Jérôme Landry, maire de Matane

Le ministre des Transports, François Bonnardel, n’a pas encore officiellement répondu à l’invitation lancée par le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, lors de l’annonce, la semaine dernière, du congédiement du PDG de la STQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports