•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles mesures pour contrer le vapotage chez les jeunes

Deux adolescentes vapotent.

Ottawa s'inquiète de la hausse de popularité du vapotage chez les moins de 18 ans.

Photo : iStock

Radio-Canada

Santé Canada compte redoubler d'efforts pour lutter contre la hausse de popularité du vapotage chez les mineurs, notamment en restreignant l'affichage des publicités pour réduire leur visibilité auprès des jeunes.

La Loi sur le tabac et les produits de vapotage interdit déjà la vente de tels produits aux mineurs, mais ce n'est pas suffisant, estime Ottawa.

La ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a annoncé plusieurs nouvelles mesures, mardi, dont les suivantes :

  • une nouvelle campagne d'éducation ciblant les jeunes;
  • l’imposition de restrictions sur les endroits où les publicités peuvent être placées;
  • l’imposition de restrictions sur le contenu des publicités;
  • l’imposition de restrictions sur la présentation des produits en magasins;
  • l'obligation d'inclure dans les publicités des avertissements relatifs aux impacts des produits sur la santé.

« Je suis fortement préoccupée par les récentes informations selon lesquelles le vapotage gagne en popularité chez les jeunes », a déclaré Mme Petitpas Taylor dans un communiqué.

« Des parents, des éducateurs et des professionnels de la santé m'ont dit avoir les mêmes inquiétudes que moi à propos de cette activité », a-t-elle poursuivi.

Nous ne pouvons pas laisser ces produits miner les gains que nous avons si durement acquis en matière de lutte contre le tabac. Les mesures réglementaires que nous proposons et notre campagne de sensibilisation publique feront bien passer notre message : si vous ne fumez pas, ne vapotez pas.

Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé

Une consultation publique sur le projet de règlement aura lieu pendant les 45 prochains jours.

Santé Canada prévoit également lancer une seconde consultation, en mars, afin de recueillir les commentaires sur d'autres mesures envisagées.

« Parmi ces mesures supplémentaires, on compte l'examen du rôle que jouent les saveurs, la teneur en nicotine et l'apparence des produits de vapotage dans l'attrait qu'ils suscitent chez les jeunes et les non-fumeurs », précise le communiqué.

Pas suffisant, disent des organismes

Les règles proposées sont nécessaires et doivent être adoptées dès que possible, mais il en faut plus, a estimé Rob Cunningham, analyste principal des politiques à la Société canadienne du cancer.

« En particulier, il devrait y avoir une interdiction totale de la publicité pour les cigarettes électroniques à la télévision et à la radio », a déclaré M. Cunningham.

L'interdiction proposée couvre les émissions destinées aux jeunes. Mais Rob Cunningham souhaite qu'elle soit étendue aux matchs de hockey et de football.

« Ils vont interdire la publicité sur les plateformes de médias sociaux, ce qui est important, a-t-il dit. Certaines entreprises paient des personnes influentes pour promouvoir leurs marques sur des médias sociaux que les jeunes consultent beaucoup. »

Toutes les provinces, sauf l'Alberta et la Saskatchewan, ont adopté des règles pour encadrer le vapotage. Le gouvernement ontarien a cependant affaibli sa législation en autorisant la publicité dans les dépanneurs et les stations-service, a déploré Rob Cunningham.

Il a souligné que le gouvernement fédéral a le pouvoir d'interdire ces pratiques, tout comme celles concernant la publicité du cannabis.

Le gouvernement fédéral reconnaît que « nos jeunes sont en crise » et prend des mesures pour y remédier, s’est félicité Neil Collishaw, directeur de la recherche de l'organisme Médecins pour un Canada sans fumée.

« Il y a toutefois quelques problèmes », a-t-il nuancé. Il craint que l'adoption de la nouvelle réglementation ne prenne deux ans ou plus, surtout en raison des prochaines élections fédérales.

« Ce sera deux ans de plus pendant lesquelles les enfants seront exposés aux publicités », a affirmé M. Collishaw.

Nous aimerions voir les parlementaires agir à l’unisson et adopter un amendement qui traiterait les cigarettes électroniques davantage comme les produits du tabac, en interdisant presque toutes les formes de publicité.

Neil Collishaw, directeur de la recherche de Médecins pour un Canada sans fumée

Ottawa a lancé lundi sur YouTube un message invitant les jeunes à réfléchir aux conséquences du vapotage.

Celui-ci souligne que la dépendance à la nicotine altère le développement du cerveau des adolescents et que les produits du vapotage contiennent des éléments chimiques nocifs qui peuvent causer des dommages aux poumons ainsi que d’autres problèmes de santé dont on ignore encore la nature.

Avec les informations de CBC

Politique fédérale

Politique