•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

René Bellemarre abandonne quatre poursuites

René  Bellemare regarde la caméra dans le palais de justice de La Sarre.

René Bellemarre abandonne quatre des neuf poursuites intentées pour atteinte à sa réputation. (archives)

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Jean-Marc Belzile

René Bellemarre abandonne les poursuites judiciaires qu'il avait intentées contre quatre de ses anciennes étudiantes.

Il était leur enseignant en soins infirmiers au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue.

Le plaignant affirmait qu'elles sont les étudiantes qui ont témoigné anonymement en octobre 2016 dans un reportage de Radio-Canada.

Trois de ces étudiantes affirmaient à ce moment avoir été victimes de harcèlement et d'attouchements sexuels de la part de René Bellemarre.

L'ex-entraîneur d'haltérophilie réclamait entre 30 000 et 50 000 $ par personne pour atteinte à la réputation de la part de ces anciennes étudiantes, mais il a finalement retiré ses poursuites.

Un total de 9 poursuites

En août 2018, René Bellemarre avait intenté un total de neuf poursuites contre neuf personnes avec l'objectif de laver sa réputation et d'obtenir des compensations monétaires.

Il a finalement lui-même retiré les poursuites dans cinq dossiers. Il s'est entendu à l'amiable dans deux autres dossiers et deux dossiers sont toujours en cours.

Il s'agit des poursuites contre Mario Robitaille, président du club d'haltérophilie Héraclès de Rouyn-Noranda, et Alexandra Morin.

René Bellemarre leur reproche d'avoir partagé des articles de différents médias le concernant.

En décembre dernier, les avocats de Mario Robitalle et Alexandra Morin ont plaidé qu'il s'agit d'une poursuite bâillon qui vise à priver leurs clients de leur liberté d'expression.

Le juge devrait rendre sa décision cette semaine dans ces deux dossiers.

René Bellemarre n'a pas retourné nos appels.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites