•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault prêt à renforcer la loi sur les lanceurs d'alerte, mais pas à réintégrer Louis Robert

M. Legault lève la main gauche pendant qu'il parle, debout, parmi les députés assis.
François Legault a dû répondre à plusieurs questions à propos du congédiement du lanceur d'alerte Louis Robert. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Thomas Gerbet

Le premier ministre du Québec se dit prêt à « aller plus loin » pour mieux protéger les lanceurs d'alerte contre les représailles et n'exclut pas de changer la loi pour ce faire. Pressé de questions lors de la reprise de la session parlementaire, il a toutefois refusé de s'engager à réintégrer le fonctionnaire congédié pour avoir dénoncé l'influence des lobbys dans la recherche scientifique sur des pesticides.

« On va regarder comment aller plus loin », a déclaré François Legault en réponse à une question de la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé. Cette dernière venait de lui rappeler que, dans l'opposition, la CAQ réclamait une meilleure protection pour les lanceurs d'alerte.

Avant l'entrée en vigueur de la loi, en mai 2017, le parti de François Legault regrettait qu'elle n'offre pas de protection aux divulgateurs d'actes répréhensibles qui s'adressent aux médias.

« Tout ça était prévisible. On savait ce qui allait arriver et l'exemple est là », a dit Manon Massé, en référence au renvoi de l'agronome Louis Robert. Celui-ci a perdu son emploi pour avoir fourni des documents confidentiels à Radio-Canada démontrant de l'ingérence du privé au Centre de recherche sur les grains, financé à 68 % par le gouvernement.

Le Parti québécois réclame aussi une bonification de la loi, et les libéraux seraient disposés à en discuter.

« Soyons patients », a répondu le premier ministre. Il souhaite attendre les conclusions d'une éventuelle enquête de la protectrice du citoyen au sujet du fonctionnaire congédié.

Legault attaque les libéraux

Le chef de l'opposition Pierre Arcand n'a pas mâché ses mots lors de sa toute première question de la rentrée parlementaire pour qualifier le renvoi du fonctionnaire : « bouleversant », « injuste », « congédiement politique ». Le chef libéral se désole que Louis Robert doive attendre « des mois, voire des années, sans salaire » avant que l'enquête statue sur son cas.

Le premier ministre a tenté de contre-attaquer en attribuant à l'ancien gouvernement libéral la paternité du congédiement. « Les faits reprochés à l'agronome datent du gouvernement libéral, a répondu François Legault. Et le sous-ministre qui l'a congédié a été nommé par le gouvernement libéral. »

Le sous-ministre Marc Dion a été en poste au ministère de l'Agriculture de 2008 à 2011, puis est revenu dans ses fonctions en 2017, après avoir passé plusieurs années à exercer comme consultant en pratique privée. Il a toutefois été reconduit dans ses fonctions par le gouvernement de la CAQ, le 24 octobre dernier.

Motion de l'opposition pour annuler le congédiement du fonctionnaire

La porte-parole en matière d'Agriculture de Québec solidaire, Émilise Lessard-Therrien, a déposé une motion sans préavis, en partenariat avec le député libéral Gaétan Barrette, le député péquiste Martin Ouellet et le député indépendant Guy Ouellette, pour réclamer que l'agronome soit réintégré avec salaire, le temps de l'enquête.

La CAQ n'a pas donné son consentement pour débattre de la question.

Le ministre de l'Agriculture face à la tempête

Plus tôt dans la journée, le Parti québécois est passé à un cheveu d'exiger la démission du ministre de l'Agriculture André Lamontagne, en rappelant que l'ex-ministre de l'Environnement MarieChantal Chassé avait perdu son poste, à cause de ses relations difficiles avec les médias.

Jour après jour, depuis une semaine, le ministre André Lamontagne place le gouvernement dans l'embarras, en raison de ses déclarations contradictoires.

Mardi matin, en entrevue à la radio 98,5 FM, le ministre de l'Agriculture a expliqué s'être fié à son « intuition » pour affirmer que le fonctionnaire Louis Robert pourrait avoir d'autres choses à se reprocher que le seul fait d'avoir informé les médias.

Devant n'importe quelle cour de justice, un témoin qui offrirait sept versions différentes serait qualifié de non crédible par le juge.

Gaétan Barrette, député libéral de La Pinière

Québec solidaire accuse le ministre de se réfugier derrière la protectrice du citoyen pour tenter de se blanchir. « Quelle est la priorité du ministre? Protéger sa réputation ou protéger les agriculteurs du Québec? », a demandé la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien.

Nous percevons tellement que les Québécois ont besoin de réponses claires dans ce dossier-là, que c'est exactement la raison pour laquelle j'ai demandé que la protectrice du citoyen fasse toute la lumière.

André Lamontagne, ministre de l'Agriculture du Québec

« Toutes les actions que nous allons prendre seront dans l'intérêt des Québécois », a affirmé le ministre.

Politique provinciale

Politique