•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chlöé Madore-Bouffard, élève conseillère : place aux jeunes

Portrait d'une jeune fille devant un mur.
Chlöé Madore-Bouffard, élève de 11e année à l’École secondaire Macdonald-Cartier de Sudbury Photo: Chlöé Madore-Bouffard
Miguel Lachance

Pour Chlöé Madore-Bouffard, élève du Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario, être élève conseillère c'est avant tout une occasion unique de se faire entendre, d'avoir son mot à dire sur le fonctionnement du conseil et de faire connaître les besoins des jeunes.

Ce texte est le premier d’une série de portraits d’élèves conseillers francophones du Nord de l’Ontario. Ces élèves conseillers côtoient les conseillers scolaires et participent aux rencontres au sein des conseils scolaires.

Chlöé est active au sein de son école depuis la 8e année. En plus d’être élève conseillère, elle est en ce moment la vice-présidente de l’association des élèves de l’École secondaire Macdonald-Cartier, à Sudbury.

Elle affirme qu’elle apprend beaucoup depuis son assermentation au début de l’automne.

Une jeune fille en train de signer un document à côté d'un homme.Chlöé signe un document lors de son assermentation, en compagnie de Marc Gauthier, le directeur de l'éducation de CSPGNO. Photo : CSPGNO

Elle se dit généralement satisfaite du travail accompli, surtout si ça améliore la vie des élèves : C’est toujours agréable de voir les résultats.

Chlöé raconte qu’elle fait aussi, à l’occasion, du bénévolat en dehors du contexte scolaire et souhaite consacrer du temps à un organisme de charité.

Le défi de vivre en milieu minoritaire

Chlöé Madore-Bouffard avoue qu’elle ne parle pas toujours en français dans les corridors de l’école, mais qu’elle fait des efforts.

C’est difficile de répondre en français lorsque tu te fais parler en anglais.

Chlöé Madore-Bouffard, élève conseillère

C’est plus facile quand on est entouré de jeunes motivés à parler français, confie-t-elle, citant en exemple les rencontres de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO). Elle siège au conseil de représentation de la Fédération.

La FESFO est d’ailleurs une de ses principales sources d’inspiration, ce qui la pousse à participer au mouvement étudiant.

Au-delà de l’école secondaire

Chlöé se dit intéressée par une carrière en droit ou en politique. Elle tient absolument à continuer ses études en français.

Passionnée de lecture, elle avoue être plus intéressée par les langues que par les sciences.

Elle écrit même, sur le site de la FESFO, que si elle était une superhéroïne, son pouvoir serait de parler toutes les langues.

Lorsqu’elle n’est pas occupée par tous ses engagements bénévoles, Chlöé pratique le tennis, surtout pour le plaisir.

Je n’ai pas commencé assez jeune pour être très compétitive, raconte-t-elle, mais j’aime gagner!

Nord de l'Ontario

Engagement communautaire