•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie

Représentation artistique du pôle Nord de la Terre.

Représentation artistique du pôle Nord de la Terre.

Photo : iStock / NASA

Agence France-Presse

Le Nord géographique n'est pas le Nord magnétique. Ce dernier se déplace en ce moment à une vitesse de 55 kilomètres par an, ce qui a forcé les scientifiques à publier cette semaine un nouveau modèle magnétique, indispensable à de nombreux systèmes de navigation.

Le Modèle magnétique mondial (World Magnetic Model) est utilisé pour la navigation aérienne et maritime des armées, mais aussi par les boussoles de nos téléphones intelligents. Il est mis à jour tous les cinq ans, mais le dernier modèle, datant de 2015, s'est avéré en décalage important par rapport aux observations réalisées à la fin de l'année 2018.

Le champ magnétique terrestre est généré principalement par le mouvement du fer liquide qui compose la majorité du noyau terrestre, à 3000 km sous la surface. C'est ce qui fait dériver les pôles magnétiques.

Une carte du pôle NordAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le modèle magnétique mondial sera mis à jour à la fin du mois de janvier. Ce modèle constitue la base du sytème de navigation moderne dont les systèmes de gestion des navires en mer jusqu’à l’application Google Maps.

Photo : Mioara Mandea

Le modèle permet de corriger la direction indiquée par la boussole afin de retrouver le nord géographique, qui est fixe.

La découverte du Nord magnétique, dans le nord du Canada, date de 1831.

Les scientifiques des agences atmosphériques américaine et britannique (NOAA et BGS) ont publié lundi une mise à jour urgente du modèle, avant une prochaine actualisation normale fin 2019.

Concrètement, si l'on comparait la direction indiquée par l'aiguille d'une boussole depuis la France entre aujourd'hui et il y a deux siècles, il y aurait une différence d'une vingtaine de degrés, explique à l'AFP Arnaud Chulliat, géophysicien à l'Université du Colorado à Boulder et à la NOAA.

« C'est un mouvement très lent, mais qui est bien réel. Sur plusieurs décennies, cela peut atteindre plusieurs degrés », dit-il.

Ce décalage n'a pas beaucoup d'importance dans les latitudes les plus peuplées, mais « près du pôle magnétique, le changement est plus rapide ».

Le Nord magnétique, au fil des siècles, s'est déplacé de façon plus ou moins imprévisible dans les archipels du Grand Nord canadien. Depuis la fin du 19e siècle, il file en direction de la Sibérie. Depuis les années 1990, le mouvement s'est accéléré à travers l'océan Arctique, la vitesse passant d'environ 15 km/an à 55 km/an aujourd'hui.

Comment mesure-t-on ce champ magnétique? Les chercheurs se rendaient autrefois sur la banquise pour réaliser des mesures et localiser le Nord magnétique, l'endroit où l'aiguille d'une boussole pointerait exactement à la verticale. Arnaud Chulliat et des collègues ont fait une telle expédition en 2007. Des observatoires mesurent aussi le champ magnétique.

Géologie

Science