•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'intervention du ministère des Affaires municipales à Témiscouata-sur-le-Lac

Une soixantaine de résidents étaient présents à la rencontre du conseil municipal de Témiscouata-sur-le-Lac.
Les tensions sont vives au conseil municipal de Témiscouata-sur-le-Lac. Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron
Julie Tremblay

Le ministère des Affaires municipales refuse de mettre la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac sous tutelle.

En janvier, une centaine de citoyens de la municipalité s'étaient rendus à la direction régionale du ministère, à Rimouski, pour demander officiellement la mise sous tutelle.

Le Ministère affirme que cette procédure est une situation de dernier recours lorsqu'une municipalité éprouve des problèmes majeurs de fonctionnement, ce qui n'est pas le cas à Témiscouata-sur-le-Lac selon les fonctionnaires qui ont examiné le dossier.

Le Ministère ajoute qu'il n'y aura aucune démarche de médiation mise en œuvre, mais précise qu'il accompagne la Municipalité afin de favoriser la discussion entre les citoyens et le conseil municipal.

Des citoyens manifestent dehors, en brandissant des pancartesDes citoyens de Témiscouata-sur-le-Lac se sont déplacés à Rimouski, en janvier dernier, pour réclamer la mise sous tutelle de Témiscouata-sur-le-Lac. (Archives) Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Depuis plusieurs mois, les tensions sont vives à Témiscouata-sur-le-Lac, notamment en ce qui a trait aux projets de reconstruction d'un aréna et de la mise aux normes des infrastructures d'eau potable.

Ces tensions ont causé la démission du maire de la ville, Gilles Garon et celle de la directrice des loisirs, Valérie Tremblay.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale