•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déraillement mortel : le train s’est mis à bouger tout seul, selon le BST

Une locomotive et des wagons sont empilés les uns sur les autres dans un banc de neige, près d'une forêt.

Des premières images du lieu du déraillement mortel près de Field, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Genevieve Normand

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) invoque une perte de maîtrise pour expliquer le déraillement de train mortel, près de Field, en Colombie-Britannique lundi.

Lors d’une conférence de presse mardi à Calgary, le BST a expliqué que le train s’est mis à avancer tout seul après un changement d’équipe. Trois employés du Canadien Pacifique ont perdu la vie dans ce déraillement, soit le conducteur, Dylan Paradis, le mécanicien, Andrew Dockrell, et un stagiaire, Daniel Waldenberger-Bulmer.

« L’équipe de relève venait juste d’arriver et était montée dans le train, mais elle n’était pas prête à partir. Le train était immobilisé sur une pente, les freins d’urgence actionnés, durant environ deux heures quand il a commencé à rouler tout seul. Les freins à main n'étaient pas actionnés » , a déclaré l’enquêteur principal du BST, Manuel Kotchounian.

Le train a accéléré et a atteint une vitesse supérieure à la vitesse maximale permise, 32km/h, à cet endroit qui compte des courbes prononcées et des pentes abruptes en montagne, a-t-il précisé.

« Nous n’avons pas pu obtenir les données du consignateur d’événement de la locomotive de tête qui a été lourdement endommagée à la suite du déraillement », a-t-il ajouté.

trois portraits d'hommes sont collésAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les victimes de gauche à droite de l'accident ferroviaire de lundi à Field en Colombie-Britannique : le stagiaire Daniel Waldenberger-Bulmer, le mécanicien Andrew Dockrell et le conducteur Dylan Paradis.

Photo : Facebook

Le BST indique qu’une enquête permettra de déterminer comment et pourquoi il y a eu une perte de maîtrise.

« Il est trop tôt pour dire ce qui pourrait être les causes et les facteurs contributifs de cet accident. Il est important de noter que les enquêteurs et les premiers répondants travaillent dans des conditions de froid extrême pour comprendre comment ce terrible accident a pu se produire. Il s’agit d’un des territoires ferroviaires en Amérique du Nord qui pose le plus de défis », a soutenu M. Kotchounian.

Au total, 99 wagons et deux locomotives ont quitté les rails lors de cet accident qui s’est produit dans la nuit de dimanche à lundi, à l’est de Field près de la frontière avec l'Alberta, alors que le train se dirigeait vers l'ouest. Le train comptait 112 wagons et trois locomotives. Il transportait des céréales et aurait fait une chute de 60 mètres pour atterrir dans la rivière Kicking Horse.

Carte indiquant les repères suivants: lieu du déraillement, et les principales localités, Calgary, Lake Louise, Golden, Kelowna et Vancouver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte situant le lieu du déraillement de train du 4 février 2019, près de Field en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / CBC

Le syndicat demande des changements

À la suite de l’accident, le syndicat Teamsters Canada, qui représente notamment des travailleurs dans le secteur du transport, soutient que depuis novembre 2017, huit de ses membres travaillant dans l’industrie ferroviaire ont perdu la vie et qu’il est temps que le gouvernement et les compagnies agissent.

« Ce n’est pas une situation qui devrait être attendue ou acceptée. Je pense que l’industrie ferroviaire devra réaliser que quelque chose ne va pas dans les chemins de fer au Canada et que ça devra changer », affirme le directeur des affaires publiques de Teamsters Canada, Christopher Monette.

Il ajoute qu’il ne veut pas tirer de conclusions hâtives avant d’avoir plus de détails de la part du Bureau de la sécurité des Transports (BST), mais il estime tout de même que le nombre de travailleurs ferroviaires qui meurent est trop important.

Le Canadien Pacifique a aussi lancé une enquête. Le PDG de la compagnie, Keith Creel, dit que cet accident aura un impact à long terme sur la compagnie et qu’elle travaille de près avec les familles des victimes.

Un second déraillement

Un autre accident ferroviaire est survenu récemment dans la région.

Le mois dernier, 16 voitures ont déraillé dans un des tunnels qui traversent les Rocheuses, près de Field.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !