•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du prix du fer après la rupture d'un barrage au Brésil

Une image aérienne du service d'incendie montre l'étendue de la catastrophe provoquée par la rupture du barrage de Vale à Brumadinho.
Le barrage qui s'est rompu appartient au géant minier Vale. Photo: Estado de Minas/Service d'incendie
Nicolas Lachapelle-Plamondon

Le prix du fer est en forte hausse sur les marchés mondiaux à la suite de la rupture du barrage du géant minier Vale à Brumadinho, au Brésil.

Le prix de la tonne de fer a monté de 14 % la semaine dernière en réaction à la tragédie et aux mouvements boursiers anticipés.

Les prix oscillaient aux environs de 90 $ US avant la tragédie et maintenant les différents indices de minerai de fer de 65  % de contenu dépassent maintenant les 100 $ US la tonne, donc une augmentation de 10 $ la tonne depuis la tragédie.

Steeve Chapados, directeur général de la Caisse desjardins des ressources naturelles

John Hardy, responsable de la stratégie Forex pour la banque Saxo, confiait à l’agence Reuters hier qu’il n’y avait « pas de raisons valables derrière une telle hausse et qu’il s’agissait simplement de spéculation pour le moment. »

De son côté, ArcelorMittal affirme que cette hausse subite du prix du minerai n'a pas d'incidence sur leur stratégie d'investissement.

Le premier vice-président à la Financière Banque Nationale à Sept-Îles, Serge Morin, croit que cette hausse se résorbera d'ici 6 à 12 mois.

Avec cet événement-là, j'aurais tendance à dire qu'il y aurait une prime peut-être sur l'année de 2-3-4 dollars la tonne qu'on va recevoir de plus que prévu. Mais, cette prime-là peut redevenir dans le futur un escompte de 3 à 4 dollars, parce que si tout le monde augmente sa production de 1.3% et qu'on rouvre la mine, on va arriver en 2020 puis vous dire finalement attendez vous à ce qu'on vende le minerai de fer deux à trois dollars plus bas que ce qu'on aurait vendu normalement, explique-t-il.

Vale, le plus important producteur de minerai de fer au monde, a annoncé qu’il démantèlera des structures semblables à celle qui a cédé à Brumadinho sur dix de ses sites au Brésil.

Ces interventions réduiront de 40 millions de tonnes la production annuelle de minerai de fer de Vale, soit l'équivalent de 1,3 % de la production mondiale. C’est ce qu’a annoncé le président de Vale, Fabio Schvartsman, lors d'une conférence de presse à Brasilia, après une réunion avec le ministre des Mines et de l'Énergie et le ministre de l'Environnement.

Des pompiers s'affairent sur le terrain recouvert de boue, à la recherche de survivants.Les opérations de recherche d'éventuels survivants restent suspendues. Photo : AFP/Getty Images / MAURO PIMENTEL

Retour sur les faits

La rupture du barrage du complexe minier de Córrego do Feijão, qui en compte trois au total, a eu lieu le 25 janvier à Brumadinho, une commune brésilienne de 39 000 habitants.

Selon des témoins, une véritable marée de boue de couleur marron a déferlé sur plusieurs kilomètres détruisant la végétation et les bâtiments.

Les morts se dénombrent à ce jour à 134 victimes tandis que près de 200 personnes sont encore portées disparues.

Cinq arrestations ont été menées par les autorités brésiliennes en lien avec l'affaire.

Les secouristes fouillent le site complètement englouti dans la boue, à la recherche de survivants.D'après la brigade des pompiers de Belo Horizonte, plusieurs centaines de personnes ont été surprises par la coulée de boue libérée par le barrage. Photo : Reuters / Washington Alves

Une nouvelle catastrophe humaine et environnementale liée au groupe Vale

Une tragédie semblable avait fait 19 morts et provoqué un drame écologique sans précédent au Brésil en novembre 2015.

Un autre barrage, copropriété de Vale et du groupe anglo-australien BHP, avait cédé et enseveli des centaines de kilomètres carrés sous un tsunami de boue, qui avait traversé deux États brésiliens et s'était répandu sur 650 kilomètres jusqu'à l'océan Atlantique à travers le lit du fleuve Rio Doce, l'un des plus importants du Brésil.

Métaux et minerais

Économie