•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’embauche d’un vérificateur général à nouveau sur la table à Windsor

Vue large d'une salle de réunion. Au fond, des sièges vides sur une estrade. Sur le mur en pierre, le blason de la ville

Salle du conseil municipal à l'hôtel de ville de Windsor

Photo : CBC/Jonathan Pinto

Radio-Canada

Le sujet controversé de l'embauche d'un vérificateur général était à nouveau à l'ordre du jour au conseil municipal de Windsor qui s'est tenu lundi soir.

Le conseiller nouvellement élu du quartier 10, Jim Morrison, a demandé à l'administration de faire rapport au conseil sur les coûts associés à l'utilisation d'un vérificateur général.

À l'heure actuelle, les finances de la Ville sont vérifiées par le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC).

Je demande simplement à l'administration de revenir avec les avantages et les inconvénients et nous pourrons avoir une bonne discussion autour de la table du conseil, a indiqué l'élu.

La possibilité de faire appel à un vérificateur général municipal plutôt qu'au cabinet PwC a été évoquée à plusieurs reprises au cours des dernières années, notamment pendant la campagne électorale municipale.

Jim Morrisson en avait d'ailleurs fait une promesse de campagne.

Le maire ouvert au rapport

Le maire Drew Dikens est pour sa part un ardent défenseur du maintien des liens avec le cabinet privé. Selon lui, nul n'a la profondeur des connaissances que PwC peut offrir.

Drew Dilkens n'est toutefois pas contre l'idée du rapport qui clarifiera, selon lui, si embaucher un vérificateur est une bonne option pour Windsor.

Il note toutefois aussi que mettre un terme au contrat qui lie la Ville au cabinet pourrait entraîner des pénalités. Il reste un an et demi au contrat.

Le rapport devrait être présenté au conseil dans plusieurs mois.

Windsor

Politique municipale