•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des données sur la criminalité à Sherbrooke rendues publiques sur une carte interactive

La carte indique par des cercles les lieux où se sont produits différents crimes ou accidents à Sherbrooke.

La carte indique par des cercles les lieux où se sont produits différents crimes ou accidents à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Louis-Philippe Bourdeau
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un esprit de « transparence », le Service de police de Sherbrooke (SPS) a publié en ligne, des milliers de données liées à la criminalité sur une carte interactive. Dès maintenant, les citoyens peuvent découvrir si leur quartier est le théâtre récurrent de crimes ou d'accidents, tels des vols, des actes violents ou encore des introductions par effraction.

Au total, huit catégories de données sont géolocalisées de manière approximative sur une carte. Les accidents de voiture ou encore les cas de conduite avec facultés affaiblies font partie du lot.

Si la date de l'incident est indiquée, le détail de l'événement ne l'est pas. Le nom des délinquants ou des victimes demeureront aussi anonymes.

Les gens pourront voir ce qui se passe dans leur quartier. Ça rend la police de plus en plus transparente et ça va nous aider au niveau de la prévention. Par exemple, les introductions par effraction: la surveillance de quartier pourra aller voir régulièrement ce qui se passe dans différents secteurs dans le but de contrer ce genre d'infractions criminelles, croit le directeur du SPS, Danny McConnell.

Depuis vendredi dernier, les données des activités policières de 2016 à 2018 sont en ligne. La carte sera mise à jour chaque mois dans la section « Regard sur la sécurité publique » du site web de la municipalité.

Le directeur du SPS refuse de croire que ce projet pourrait avoir un effet inverse en créant plutôt un climat de peur à Sherbrooke. Au contraire, on voit ça de manière rassurante, car Sherbrooke est une ville sécuritaire. Pour nous, ce n'est aucunement gênant de diffuser ces informations, croit-il.

On a choisi les infractions pour lesquelles les citoyens se questionnent davantage, ajoute-t-il.

Selon le SPS, ce système sera aussi utile pour les organismes communautaires, les étudiants universitaires ou encore les journalistes.

C'est une première étape, il y a encore peu de villes au Québec qui diffusent les données policières sur Internet. À l'extérieur de la province, c'est plus répandu. Notre outil se compare à ce qui se fait à Toronto, Montréal ou Gatineau, explique le chef de section Données et projets spéciaux du SPS, Philippe Paultre.

Le projet de carte interactive en est à ses balbutiements. D'autres fonctionnalités seront ajoutées au cours des prochains mois.

Le Service de Police de Sherbrooke.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Service de police de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Et la valeur des maisons dans tout ça ?

Est-ce que ces nouvelles données sur la criminalité pourraient avoir une influence sur le marché immobilier à Sherbrooke?

Pas selon la Chambre immobilière de l'Estrie, qui fait remarquer que les crimes ne sont pas confinés à un seul secteur.

Je ne pense pas que ça va avoir un impact sur le prix des propriétés à Sherbrooke, croit le vice-président de la Chambre, Roger Champoux. Le taux de criminalité et le taux d'accident étaient éparpillés un peu partout sur le territoire de la ville de Sherbrooke. Je n'ai pas remarqué un quartier en particulier où le taux d'accident ou de criminalité était plus élevé qu'ailleurs.

De son côté, le Bureau des assurances du Canada rappelle qu'il revient à chaque assureur de décider quels outils il utilise pour déterminer ses primes d'assurance, mais que le taux de criminalité et le nombre d'accidents sont effectivement des facteurs qui sont pris en considération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !