•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les parents de l’École Rose-des-Vents s’impatientent

Des parents de dos, dans un auditorium, qui écoutent trois personnes sur scène, assises à une table.

Une quarantaine de parents se sont déplacés à la rencontre avec le CSF pour avoir plus de détails au sujet de leur future école.

Photo : Radio-Canada / Alix-Anne Turcotti

Alix-Anne Turcotti

Les parents d'élèves de l'École Rose-des-Vents de Vancouver attendent toujours des réponses concernant la construction d'un nouvel établissement scolaire sur le site Heather Lands. Les négociations concernant les modalités du bail se prolongent entre le Conseil scolaire francophone et les Premières Nations en partie propriétaires du site, ce qui irrite les parents.

Une quarantaine de parents ont assisté à une rencontre mercredi soir avec des représentants du CSF dans l’espoir d’avoir plus d’informations sur l’avancement du projet. Les représentants du CSF avaient toutefois peu de réponses à offrir, au grand dam des parents venus les entendre.

Les représentants du CSF ont rappelé qu’un protocole d’entente sur les négociations a été signé avec la Société immobilière du Canada et le ministère de l’Éducation début janvier, mais que cette étape n'a pas encore été franchie avec les Premières Nations.

Le CSF envisage d'entamer des négociations ce printemps ou cet été sur les aspects financiers de la transaction. La construction de l’école est prévue pour 2021, selon l’organisme.

Des parents critiquent le CSF

Plusieurs parents présents dans la salle ont remis en question la capacité du CSF à négocier avec les différents partenaires dans ce projet. Une mère de famille estime que le CSF devrait embaucher une personne expérimentée pour les accompagner dans ce processus.

Par ailleurs, plusieurs personnes ont aussi demandé au CSF de travailler avec eux en cas de retour devant les tribunaux pour faire avancer le dossier.

En effet, le président de l’Association des parents d’élèves de l’école Rose-des-Vents, Éric Leblanc, envisage de retourner devant les tribunaux pour faire pression sur le ministère de l’Éducation dans ce dossier.

Eric Leblanc en gros plan devant une projection où c'est écrit: rencontre parents de l'ouest de Vancouver.

Eric Leblanc, président de l'Association des parents de l'École Rose-des-vents.

Photo : Radio-Canada / Alix-Anne Turcotti

On va discuter avec notre conseiller juridique et on va voir si on le fait ou pas.

Éric Leblanc, président de l'association des parents d'élèves de Rose-des-Vents

À savoir :

En 2015, la Cour suprême du Canada, dans un jugement unanime, a donné raison aux parents de l'école francophone Rose-des-Vents à Vancouver, qui réclamaient, depuis 2010, des services scolaires équivalents à ceux offerts aux élèves anglophones.

Pendant la rencontre, les membres du conseil d’administration du CSF ont déclaré vouloir travailler avec les parents et améliorer les communications. Les parents sont tannés d’attendre et nous aussi. On est là pour travailler pour le bien des parents et des élèves, a conclu la présidente du Conseil d'administration du CSF, Marie-Pierre Lavoie.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation