•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident mortel à la Romaine : fin de la preuve pour EBC

Le chantier de Romaine-4

Le chantier de Romaine-4, à l'époque de l'accident (ARCHIVES)

Photo : Hydro-Québec

Radio-Canada

Les avocats de la compagnie EBC ont conclu leur preuve lundi, après six jours de procès entre l'entreprise et la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Ils y ont fait intervenir un expert en géomécanique, forage et sautage, Patrick Andrieu.

Celui-ci a entre autres affirmé que les vibrations engendrées par les dynamitages ne seraient pas en cause dans l’accident mortel qui s'est produit au chantier de la Romaine-4, le 10 décembre 2016.

Au cours d'une nuit de travail au complexe hydroélectrique, un employé de la compagnie EBC a perdu la vie lorsqu'un mur de roches s'est écroulé sur sa pelle hydraulique. EBC conteste le constat d’infraction émis par la CNESST à la suite de son rapport d’enquête.

Selon Patrick Andrieu, si les vibrations du dynamitage avaient engendré un tel glissement de roc, l'accident serait survenu rapidement après le dynamitage et non environ 5 heures plus tard, comme ce fut le cas en décembre 2016.

L’expert a également remis en doute la pertinence des sondages supplémentaires recommandés par l’expert mandaté par la CNESST, qui auraient permis de déceler le joint qui a causé le glissement de roc.

Matinée de contre-interrogatoire

En matinée, les avocats de la CNESST ont contre-interrogé l’ingénieur de projet à la dérivation de Romaine-4, Jonathan Cloutier.

Jonathan Cloutier, qui supervisait plusieurs opérations d’excavation au chantier de la Romaine lors de l’accident, a notamment été questionné sur le type de grue présente au chantier et ses limitations.

Dans un mémo produit quelques jours avant l'accident, le géologue d'Hydro-Québec Gaston Morin avait demandé à ce que la compagnie EBC fournisse une grue pour l'installation de cibles d'arpentage afin de mieux évaluer la stabilité de la paroi rocheuse.

Les plaidoiries finales du procès EBC contre CNESST doivent débuter mardi matin à 9 h au palais de justice de Sept-Îles.

Avec les informations de François Robert

Accident de travail

Justice et faits divers