•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six contradictions du ministre de l'Agriculture à propos du lanceur d'alerte congédié

Il parle devant les caméras.

Le ministre de l'Agriculture André Lamontagne en conférence de presse lundi

Photo : Radio-Canada

Thomas Gerbet

La reprise de la session parlementaire s'annonce tendue pour le ministre de l'Agriculture du Québec, André Lamontagne, empêtré dans des déclarations discordantes. Pour expliquer le congédiement d'un fonctionnaire lanceur d'alerte, le ministre a donné plusieurs versions. Mais ses contradictions ne s'arrêtent pas là.

Sur la page Facebook d'André Lamontagne, il est impossible de retrouver sa déclaration publiée le 30 janvier. Son explication des circonstances du congédiement du lanceur d'alerte Louis Robert a été effacée.

Un ménage s'imposait dans les déclarations discordantes du ministre, qui a convoqué la presse et multiplié les entrevues lundi, sans toutefois parvenir à mettre fin à l'imbroglio.

1. Quatre versions

« C'est ma décision, alors je suis très à l'aise avec ma décision », déclare le ministre le 30 janvier, avant d'ajouter qu'il avait « personnellement autorisé » le congédiement.

Le soir même, il publie une déclaration sur sa page Facebook dans laquelle il dit avoir « été informé par la direction du ministère de l'Agriculture (MAPAQ) de la décision de congédier l'employé ».

Le 31 janvier, il explique avoir « posé des questions » aux gestionnaires du ministère avant l'officialisation du congédiement.

Enfin, lundi, il déclare : « Je ne suis pas intervenu [...] Ce n'est pas une décision que je peux prendre. Je n'ai pas ce pouvoir. »

2. Les vraies raisons du congédiement

« J’insiste sur le fait que cette décision n’est en aucun cas une mesure de représailles contre un lanceur d’alerte », a dit le ministre Lamontagne, le 30 janvier, avant d'affirmer qu'il existait d'autres facteurs incriminants contre Louis Robert, qui n'étaient « pas tous connus », semant ainsi le doute.

Pourtant, la lettre de congédiement obtenue par Radio-Canada montre le contraire. Les deux motifs invoqués sont d'avoir « fait preuve d'un manque de loyauté [...] en transmettant un document confidentiel au journaliste » et d'avoir « contrevenu à l'obligation de discrétion et à la politique de relations avec les médias ».

Poursuite en diffamation?

Les déclarations du ministre « ouvrent la porte à une poursuite en diffamation », selon le président du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron. « D'aller insinuer qu'il y a autre chose, c'était très grave. C'est de la diffamation. »

Lundi, le ministre s'est gardé de tout commentaire au sujet du dossier de l'employé congédié.

3. Une enquête qui ne respecte pas les délais

« Le processus a été rigoureux et empreint de précautions », a dit le ministre de l'Agriculture, au micro de l'émission Midi Info lundi.

Pourtant, le MAPAQ n'a pas respecté les délais prescrits par la convention collective du syndicat. Il est prévu que « l'employé ne peut pas être relevé provisoirement de ses fonctions pour une période excédant 30 jours ». Or, 134 jours se sont passés entre la suspension avec salaire de Louis Robert, le 12 septembre, et l'avis de congédiement, le 24 janvier.

4. Une enquête pas totalement indépendante

« L'enquête a été menée à l'externe par le ministère de l'Emploi, et les conseillers du Conseil du Trésor et du ministère de la Justice ont accompagné tout au long », a expliqué le ministre de l'Agriculture, lors de sa conférence de presse.

Nous avons appris de trois sources que de nouveaux interrogatoires ont été menés après que les enquêteurs du ministère de l'Emploi ont rendu leur rapport, à la mi-novembre.

Le 15 janvier, soit neuf jours avant le congédiement, Louis Robert a été interrogé en présence de son délégué syndical par trois cadres du MAPAQ. Les questions ressemblaient en tout point à celles posées deux mois plus tôt par les enquêteurs de l'externe.

5. À propos de l'influence des lobbys

L'industrie des pesticides a-t-elle demandé le congédiement du lanceur d'alerte? « Pas de commentaire », a répondu le ministre, le 31 janvier, avant de s'empêtrer dans un complément de réponse dans lequel il expliquait que ce n'était certainement pas lui qui a été influencé, laissant penser que c'était peut-être le cas pour d'autres.

Questionné à l'émission 24/60, lundi, sur l'influence des représentants des Producteurs de grains du Québec [PGQ] et des vendeurs de pesticides au sein du Centre de recherche sur les grains [CEROM], le coeur de l'affaire et de la dénonciation du lanceur d'alerte, le ministre a déclaré : « Bien sûr que ça m'inquiète. »

Un lobbyiste à la présidence d'un centre de recherche scientifique

En plus d'être président du conseil d'administration du CEROM, le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek, est aussi lobbyiste enregistré afin d'alléger la réglementation sur l'utilisation des pesticides. Son mandat à ce sujet a été inscrit au registre des lobbyistes en plein coeur de l'enquête, le 1er octobre 2018. Les PGQ n'ont pas souhaité faire de commentaires et on ignore s'il a pu rencontrer le ministre à ce propos.

Lors de sa conférence de presse, lundi, le ministre Lamontagne a affirmé n'avoir eu des discussions au sujet du congédiement du lanceur d'alerte qu'avec une seule et unique personne, soit son sous-ministre, Marc Dion.

Jamais on ne prendrait une mesure contre quelqu’un qui dénoncerait quelque chose qui va à l’encontre de la santé publique.

André Lamontagne, ministre de l'Agriculture du Québec, le 30 janvier.

6. Mélange dans les dates

Le 31 janvier, le ministre a expliqué avoir été informé de processus de sanction contre le fonctionnaire « une dizaine de jours » après son arrivée en poste, soit à la fin octobre. « On m'a informé qu'en janvier, on allait devoir statuer. On m'a fait état des recommandations, du processus... On m'a expliqué quelles seraient les conséquences. »

L'agronome Louis Robert avait été relevé de ses fonctions le 12 septembre pour les fins de l'enquête, mais il n'a subi son premier interrogatoire que le 8 novembre.

En entrevue à l'émission 24/60, le ministre a affirmé que le dossier du CEROM est sur son bureau depuis son arrivée en poste.

Le dossier du CEROM, depuis le 19 octobre, c'est mon dossier à moi. C'est le dossier du ministre.

André Lamontagne, ministre de l'Agriculture, en entrevue à l'émission 24-60, à Radio-Canada.

Sur sa page Facebook, le 30 janvier, le ministre a expliqué avoir été informé la semaine précédente par la direction du MAPAQ de la décision de congédier l'employé.

Lundi, il a expliqué n'avoir appris que le 30 janvier, « dans les médias », l'identité de la personne congédiée.

Politique provinciale

Politique