•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des produits dans des contenants de plastique réutilisables seront testés sur le marché canadien

un pot de crème glacée en métal, des fraises et de la crème glacée aux fraises, sur un comptoir vraisemblablement en marbre.
Le fabricant de crème glacée Häagen-Dazs vendra ses produits dans des contenants réutilisables au Canada d'ici la fin de 2019. Photo: Associated Press / Chris Crane/TerraCycle
La Presse canadienne

Les efforts du Canada pour réduire l'utilisation du plastique à usage unique seront encouragés cette année puisqu'un grand détaillant lancera un projet pilote d'emballages réutilisables.

L'identité de la chaîne qui offrira d'abord cette option dans la région de Toronto ne sera révélée que ce printemps.

Les fabricants utiliseront un contenant réutilisable appelé Loop, créé par la compagnie torontoise TerraCycle, fondée par Tom Szaky.

Des produits comme la crème glacée, le shampoing et le détergent seront offerts dans des emballages réutilisables afin de diminuer la consommation de plastique jetable.

En tant que Canadien, je suis excité de pouvoir utiliser Loop dans notre pays.

Tom Szaky, fondateur de TerraCycle

Je pense que les gens de Toronto vont être réceptifs à cette nouvelle idée, estime M. Szaky.

L'entrepreneur souligne de plus que ce ne sont pas seulement les grands fabricants qui participeront à ce projet, mais qu'une petite entreprise de jus, Greenhouse Juice Co., vendra elle aussi ses produits dans des contenants Loop.

Le fonctionnement

Le président de TerraCycle compare le fonctionnement du système des contenants Loop à celui des laitiers qui livraient à domicile dans les années 1950 et 1960.

Loop ramène une vieille idée d’une façon très moderne.

Tom Szaky, fondateur de TerraCycle

M. Szaky soutient que Loop mettra davantage de responsabilités sur les détaillants que sur les consommateurs.

Une consigne sera demandée et les gens pourront commander les produits en ligne. Au début du processus, seuls les résidents demeurant dans un périmètre de 200 à 300 kilomètres de la métropole canadienne pourront acheter les produits dans les emballages réutilisables.

Le système sera aussi mis en place à Paris et à New York ce printemps. D'autres villes canadiennes pourraient se joindre au programme dans un proche avenir.

Ce projet pilote est mis en place alors que plusieurs entreprises collaborent à l’effort de réduction de l'utilisation du plastique à usage unique. Les images des continents de plastique qui polluent les océans ont sensibilisé de nombreux citoyens.

Ce que les autres détaillants font

Des compagnies telles que Walmart, Ikea, PFK, A&W, Starbucks ainsi que Subway ont toutes promis de ne plus utiliser de pailles en plastique et de chercher des solutions au problème du plastique à usage unique.

Pour sa part, Air Canada a affirmé vouloir remplacer les millions de bâtonnets à café en plastique qu'elle utilise par des bâtonnets de bois dès l’été 2019.

La chaîne canadienne de cafés Tim Hortons, quant à elle, explique être à la recherche de moyens de réduire son utilisation de plastique à usage unique.

Les propriétés du plastique

L’industrie canadienne du plastique reconnaît que le gaspillage est inacceptable. Elle affirme toutefois qu’il est injuste de bannir le plastique léger et peu coûteux, car celui-ci prolonge la durée de vie des aliments et contribue à leur salubrité.

Je ne crois pas que les compagnies soient conscientes de toute la science publiée sur le sujet.

Joe Hruska, vice-président du volet durabilité de l’Association de l’industrie canadienne du plastique

M. Hruska soutient que ces entreprises réagissent simplement à la pression des consommateurs, qui, selon lui, ne connaissent pas les faits.

Il signale une étude réalisée en 2016 par Trucost, une entreprise de données environnementales et d'analyse de risques, qui concluait que le remplacement des plastiques par des matériaux alternatifs ferait presque quadrupler les coûts environnementaux parce que moins de plastique est utilisé pendant la durée totale de la vie du produit.

Un pot de lingettes Clorox sur un comptoir de marbre.Des lingettes désinfectantes de marque Clorox seront au nombre des produits mis en vente sous peu dans des contenants réutilisables dans la région de Toronto. Photo : Associated Press / Dara Rackley/TerraCycle

La pollution au Canada

Les Canadiens génèrent environ 3,25 millions de tonnes de déchets de plastique par an, soit l’équivalent de 140 000 camions de vidanges, selon Greenpeace Canada.

Greenpeace prétend aussi que trop d'efforts sont mis pour augmenter le recyclage, quand en fait seulement 10 à 12 % des biens sont recyclés au Canada.

Pendant trop longtemps, on a injustement blâmé les consommateurs au lieu de demander aux entreprises de trouver eux-mêmes des solutions de rechange, dit Sarah King, responsable de la campagne Océans et Plastique pour Greenpeace Canada.

Nous voulons retourner vers un modèle qui est plus holistique et centré sur la réutilisation des produits.

Sarah King, responsable de la campagne Océans et Plastique pour Greenpeace Canada

Pour Tony Walker, professeur adjoint en études environnementales à l’Université Dalhousie, Loop n’est qu’une des nombreuses stratégies utilisées pour régler le problème des déchets.

Il n’y a pas qu’une seule réponse à ce problème, dit-il. Le scientifique ajoute que l’enjeu est complexe et qu’on doit s’y attaquer sur plusieurs fronts.

Écologie

Économie