•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l’Éducation doit exercer sa patience

Comme plusieurs de ses collègues, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, doit faire preuve de patience face à l'imposante machine gouvernementale.

Comme plusieurs de ses collègues, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, doit faire preuve de patience face à l'imposante machine gouvernementale.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge a admis, en entrevue à Radio-Canada, que les grands changements promis pour son ministère prendront plus de temps que prévu. De nombreux engagements ne pourront être réalisés que dans la deuxième partie du mandat. Avec l'ouverture de la session parlementaire mardi, la lune de miel de la Coalition avenir Québec (CAQ) fait face ainsi à une nouvelle réalité : le devoir de gouverner.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec


Une machine gouvernementale qui défie la patience

Avec les 1300 employés de son ministère en plus des 72 commissions scolaires, Jean-François Roberge fait face à une imposante structure dont la lenteur est porteuse parfois de « petites frustrations ». « Quand je suis arrivé en fonction, je n’avais pas mesuré la nécessité de valider avec tous les autres ministères, explique-t-il. […] Il y a des choses qui, je pensais, allaient prendre trois mois, mais ça va en prendre six! » Malgré tout, aucun engagement électoral de la CAQ ne serait en péril, assure-t-il.


Un projet de loi sur les maternelles 4 ans

Pour donner l’accès à la maternelle à tous les enfants de 4 ans, engagement phare de la CAQ, un projet de loi sera déposé prochainement et devra être adopté, autant que possible, d’ici juin. « On veut que ce soit accessible à tous, non obligatoire, mais accessible à tous, rappelle le ministre. Peu importe que ce soit dans un milieu de classe favorisée, moyenne ou défavorisée. » Présentement, seuls les milieux défavorisés sont visés par la loi.

Seulement un peu plus de 200 nouvelles classes de maternelles 4 ans sont prévues pour septembre prochain, mais le gouvernement caquiste en promet 5000 d’ici 5 ans. M. Roberge indique « qu’il n’y aura pas une si grosse augmentation » pour les deux premières années, mais « qu’à partir de l’an 3, 4 et 5, ça va augmenter pas mal ».


Nouveaux processus pour les nouvelles écoles

L’engagement des maternelles 4 ans dépend entre autres de nouvelles et « belles » écoles dont rêve le ministre. Les délais entre les annonces et les ouvertures seront d’ailleurs réduits à trois ans. Pour y parvenir cependant, de nouveaux processus, qui tardent à se mettre en place, s’imposent. Il y a des validations et contre-validations « qui ne sont pas nécessaires » en cours de chantier, ce que M. Roberge évoque comme « de la paperasse et de la bureaucratie où le ministère en demande trop en suivi et en supervision ».


La pénurie criante de locaux

Jean-François Roberge prétend même que le gouvernement libéral lui a laissé une mauvaise surprise : une pénurie criante de locaux, particulièrement à Montréal. « Je savais que c’était un enjeu, se désole-t-il, mais je ne savais pas que c’était une crise. » En attendant de nouvelles écoles, il n’a pas précisé comment il avait l’intention, à court terme, de conjuguer cette « crise » avec le besoin à venir de nouvelles classes pour les maternelles 4 ans.

Tout récemment, il a forcé la main à la commission scolaire anglophone Lester-B.-Pearson pour qu’elle cède l’école Riverdale de Pierrefonds à la commission scolaire francophone Marguerite-Bourgeoys. C’était, selon lui, une « mesure d’exception ».


La fin des notes gonflées

Autre erreur présumée que cet ex-enseignant corrige dès maintenant, celle des notes gonflées dans les évaluations ministérielles au secondaire. « Avec le précédent gouvernement, rappelle-t-il, on nous faisait croire que la limite, c’était 60 %. En réalité, à 58 %, il mettait [automatiquement] 60 %. […] Il faut arrêter de mentir aux gens. » Tenir compte d’une marge d’erreur n’importera donc plus. Le ministre soutient qu’il y a toujours un « mécanisme d’appel » : « On peut réviser et recorriger un examen, mais il y a toujours une limite. »


Les commissions scolaires transformées dans un an et demi

Un autre projet de loi devra être déposé, cette fois d’ici la fin de l’année 2019, afin de « transformer » les commissions scolaires en centres de services. « Je n’étais pas certain de ça au début, mais là je le sais. » Tout doit être en place avant le 1er novembre 2020, pour éviter la tenue inutile d’élections scolaires. À l'idée d'une levée de boucliers, il répond : « Savez-vous quoi? Je vais avoir beaucoup de résistance de très peu de personnes. Il y a quoi? 200 ou 300 personnes au Québec qui sont vraiment mobilisées? »


Le ministre Roberge sur d’autres engagements :

  • Gains d’efficacité au ministère de l'Éducation : « Je ne parle pas de faire des mises à pied. Je parle d’en faire plus avec les gens qui sont là. »
  • Clarification des frais scolaires : « D’ici juin, on a réglé la question des frais chargés aux parents. On est à l’époque de la mise à niveau. Il y a des traîneries, des niaiseries, des problèmes qui nous ont été légués par l’ancien gouvernement. »
  • Bonification du salaire d’entrée de 8000 $ pour les enseignants : « Il faut le faire dans le cadre de la négociation, donc ce sera l’an prochain. C’est sûr que ce sera un incitatif. »
  • École obligatoire : « Ce qu’on veut [en cours de mandat], c’est que l’école soit jusqu’à 18 ans ou diplomation, mais l’obligation est sur la société. Ce n’est pas une école obligatoire où on envoie un huissier pour chercher le jeune. »
  • Création d’un ordre professionnel pour les enseignants : « J’aimerais beaucoup faire ça, mais, en ce moment, le fruit n’est pas mûr. […] Les enseignants ne sont pas d’accord à ce moment-ci. »

Politique provinciale

Politique